« L’accord européen est déconnecté de la réalité et ne touche pas aux milliards de surprofits. C’est à la Vivaldi de jouer »

« Les surprofits fous que les producteurs d’électricité empochent depuis un an restent intouchés. À partir de décembre, ils pourront être temporairement écrémés, mais uniquement les profits au-dessus de 180 euros le mégawattheure. Alors qu’Engie-Electrabel produit de l’électricité pour 35 euros le mégawattheure. Cet accord est en plus non contraignant et renvoie la décision finale aux États membres. C’est un coup dans l’eau qui montre la déconnexion de la classe politique : au milieu de la plus grande crise du pouvoir d’achat depuis des décennies, elle choisit de protéger les multinationales de l’énergie et leurs profits. » Marc Botenga, député européen du PTB, réagit ainsi à l’accord conclu entre les ministres européens de l’Énergie aujourd’hui.

« Les prix doivent baisser, Engie doit payer » : le PTB lance la révolte des bonnets en colère

Le PTB lance « la révolte des bonnets en colère », un appel pour baisser les prix de l’énergie et faire payer Engie. Le parti de gauche organise aussi aujourd'hui le premier Vendredi de la Colère, un rendez-vous hebdomadaire avec des actions locales dans différentes villes et communes du pays, pour pousser le gouvernement à agir.

Le plan du PTB pour faire baisser les prix et faire payer Engie

Le nombre de gens qui ne savent plus payer leur facture explose. De plus en plus de petits commerces et de PME sont en grande difficulté. Il est grand temps d'agir et de rendre l'énergie à nouveau abordable. Si nous voulons reprendre le contrôle des prix, nous devons rompre avec les lois du marché.

Les prix doivent baisser, Engie doit payer : trois mesures de crise du PTB

Le nombre de gens qui ne savent plus payer leur facture explose. De plus en plus de petits commerces et de PME sont en grande difficulté. Alors que des géants de l’énergie font des surprofits indécents. Il est temps de faire monter la pression, de baisser les prix et de faire payer Engie. Il est temps de rompre avec la logique du marché capitaliste. 

Grève sur le rail : les syndicats luttent pour des trains à l’heure et accessibles

Octobre, sa pluie, ses feuilles mortes… et ses négociations budgétaires. Tous les services publics s’attendent à des budgets diminués en ces temps de crise. Mais pour les chemins de fer, l’enjeu est particulièrement important. Le gouvernement doit décider des moyens qu'il accordera à la SNCB et à Infrabel pour les 10 prochaines années. Sans moyens supplémentaires, ce sont 700 km de lignes qui sont menacées de disparition. Mais les cheminots et leurs organisations syndicales organisent la résistance.

Les enfants dans le froid à l'école ? Inacceptable

Comment les écoles vont-elles se chauffer cet hiver ? Aujourd'hui, fête de la Communauté française de Belgique, le ministre des Bâtiments scolaires Frédéric Daerden (PS) promet des prêts et éventuellement un fonds d'urgence. « Éventuellement­­­ ? Le ministre n'a-t-il pas encore compris que les factures explosent et que beaucoup d'écoles courent à la catastrophe ? » s'indigne Alice Bernard, cheffe de groupe PTB au Parlement de la Communauté française. 

Le PTB appelle le gouvernement à retirer la loi de sanctions contre les malades de longue durée

Le parlement fédéral vote aujourd’hui sur la loi qui prévoit des sanctions contre les malades de longue durée. Le ministre des Affaires sociales, Frank Vandenbroucke (Vooruit) veut permettre des amendes jusqu’à plus de 35 euros par mois. Le solide travail d’opposition du PTB avait déjà fait reporter le vote, qui devait avoir lieu cet été. Le parti de gauche dénonce le fait que ces sanctions financières vont toucher les familles les plus fragiles et appelle le gouvernement à retirer ces sanctions.

« Soixante ans plus tard, il reste de nombreuses séquelles de la colonisation »

Avec quatre autres membres de la Commission spéciale « Passé colonial » de la Chambre des représentants, le député Marco Van Hees (PTB) a participé à une mission parlementaire en République démocratique du Congo (RDC), au Burundi et au Rwanda. Un voyage intense, constitué de très nombreuses rencontres. Il nous livre ce qu’il y a vu et entendu…

Italie : des milieux d'affaires séduits par l'extrême droite

Dimanche 25 septembre, les Italiens iront aux urnes. Soutenu par des milieux d’affaires, selon les sondages, le parti d’extrême droite de Giorgia Meloni pourrait devenir le premier parti du pays. En même temps, beaucoup d’Italiens pourraient tout simplement ne pas aller voter. Ils ne croient plus dans les partis traditionnels qui n’ont fait qu’empirer la situation sociale en Italie. Comment en est-on arrivé là ?

Le PTB demande au Gouvernement wallon d’octroyer un chèque énergie de 400 euros pour tous les ménages

« Au PTB, nous voulons aider tous les ménages face à cette crise énergétique qui est là depuis un an. Dans ses interventions, le Ministre-président wallon, Elio Di Rupo (PS), minimise le pouvoir d’intervention de la Wallonie. De son côté, le Gouvernement PS-MR-Ecolo propose des mesures qui vont toucher, au mieux, 10 000 ménages (sur 1,6 million). Nous proposons que la Région wallonne octroie rapidement un chèque de 400 € à chaque ménage », avance Germain Mugemangango, chef de groupe PTB au Parlement wallon.