GSK : « Une boîte qui fait 500 millions de bénéfices et ne paie pas d’impôts ne doit pas licencier »

GSK, leader mondial de la pharmaceutique, veut licencier près de 1000 travailleurs en Belgique. Avec ses 500 millions de profits l’an dernier et ses 0 % d’impôts, la multinationale n’est pourtant loin d’être en difficulté.

Le PTB veut un cadastre complet des subventions et des soutiens wallons aux énergies fossiles

Le PTB soutient une motion du cdH en commission Énergie, Climat et Mobilité du Parlement wallon concernant la mise en place d’un cadastre complet des subventions et des soutiens wallons aux énergies fossiles. Mais le PTB veut aller plus loin que le cdH. Selon le parti de gauche, il est également nécessaire que ce cadastre comporte la liste des organismes et entreprises qui reçoivent ces subventions et soutiens.

Peter Mertens (PTB) : « Cela fait 266 jours qu'on ignore le PTB. Ça suffit »

« La crise politique en est à son 266e jour et cela fait 266 jours que le PTB est exclu des négociations. Les présidents des dix partis traditionnels ont appelé le Palais à ne pas inviter le PTB, seul parti national du pays. C'est invraisemblable. Et d'une incroyable bassesse politique. C'est ignorer plus d'un demi-million d'électeurs des trois régions du pays. C'est aussi et surtout ignorer le signal social fort qu'ont révélé les élections. Cela ne peut plus durer », affirme le président du PTB, Peter Mertens.

Peter Mertens, le président du PTB, se prépare à sa visite au Roi

Peter Mertens, président du PTB, se prépare à sa visite chez le Roi début de semaine. Le Roi a annoncé vendredi un tour de consultations des présidents de parti.

Le lobbyiste en chef de GSK à la tête des investissements publics de l’État belge ? Le PTB dénonce une nouvelle affaire de conflit d’intérêt

Alors que la multinationale GSK entend supprimer 935 emplois en Belgique, le PTB dénonce la présence du lobbyiste en chef de la multinationale à la tête d’un porte-feuille d’investissements publics. Ce conflit d’intérêt est insupportable pour le PTB, qui exige qu'il soit démis de ses fonctions.

Lobbyiste en chef de GSK et président de la SFPI : l’insupportable double casquette de Pascal Lizin

GSK entend supprimer 935 emplois en Belgique alors que la multinationale croule sous les bénéfices et profite des largesses des autorités belges, dont de plantureux cadeaux fiscaux. Ces largesses, un homme clé de GSK a pour job de les obtenir : Pascal Lizin, le directeur des affaires extérieures et publiques. Or, ce même Lizin préside la SFPI, un des portefeuilles publics les plus importants du pays. Ce conflit d’intérêt est insupportable, pour le PTB. Qui exige que le président de la SFPI soit démis de ses fonctions.

12 600 dossiers en 2018 ! Pour le PTB, il faut arrêter d’envoyer des huissiers en cas de dette scolaire

« L’envoi d'huissiers pour récupérer des frais de garderie est fou et scandaleux. Il s’agit de parents en difficultés financières et je ne peux qu’être interpellé par le chiffre : 12 600 dossiers de recouvrement, c’est énorme », a déclaré Bernard De Vos, Délégué général aux droits de l’enfant, ce matin en commission plénière du Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles suite à une question du député PTB Germain Mugemangango.

TVA à 6 % sur l’énergie : la proposition du PTB sera-t-elle votée au Parlement ?

La commission Finances de la Chambre examine ce mercredi 12 février la proposition de loi du PTB visant à réduire à 6 % la TVA sur l’électricité et le gaz.

Le bel et chaleureux adieu du docteur du peuple Dirk Van Duppen

Voici Dirk Van Duppen, docteur du peuple, fondateur de Médecine Pour le Peuple, le réseau de maisons médicales du PTB.

GSK : sur 10 ans, la multinationale a bénéficié de 4,2 milliards d’euros de déduction d’impôts

Le service d'études du PTB a analysé la situation fiscale de la multinationale GSK en Belgique. « Au cours des 10 dernières années, GSK a pu déduire 4,2 milliards d’euros, constate Germain Mugemangango, porte-parole francophone du PTB. Cette multinationale a profité au maximum de deux niches fiscales. D’une part, la déduction pour revenu de brevets qui lui permet de déduire 2,6 milliards d’euros et d’autre part les intérêts notionnels qui lui permettent de déduire près de 1,6 milliards d’euros. Des montants pharamineux ! »

Nous avons besoin de votre soutien