Les versements vers les paradis fiscaux explosent

Les sociétés belges ont versé 206,84 milliards d’euros aux paradis fiscaux en 2018, rapportait La Libre Belgique le 21 août dernier. Et si ce chiffre semble énorme, sachez qu'il est encore loin de refléter la réalité.

Frais scolaires : le PTB demande la fin du « droit de chaise » et un kit de rentrée gratuit

La rentrée rime pour beaucoup de parents avec facture salée. La Ligue des familles pose une nouvelle fois ce constat et Alice Bernard, cheffe de groupe PTB à la Fédération Wallonie-Bruxelles, réagit : « La gratuité scolaire est un droit constitutionnel. Les frais de garderie et la "taxe tartine", appelée aussi "droit de chaise", doivent être supprimés. Nous voulons aussi introduire un kit de rentrée, comprenant le matériel de base, gratuit pour tous les élèves. » Le PTB interpellera la ministre de l’Enseignement à ce sujet.

Le PTB exige que bpost renonce à verser 500 000 euros d’indemnités à Koen Van Gerven

Les règles de gouvernance d’entreprise à bpost prévoient que Koen Van Gerven, CEO de l’entreprise, puisse toucher 500 000 euros d’indemnités de non-concurrence en quittant son job.1 Une somme totalement indécente pour le PTB, qui réclame que le CA de l’entreprise renonce à verser cette indemnité, qui interpellera le ministre des Télécommunications et de la Poste.

Pukkelpop : l'intimidation organisée d'extrême droite ne devrait jamais être tolérée

Le 15 août, des événements graves ont eu lieu au festival Pukkelpop. Une poignée de nationalistes flamands d'extrême droite ont intimidé, scandé des messages haineux et attaqué physiquement des militantes pour le climat. Les partis nationalistes flamands N-VA et Vlaams Belang ont surtout dénoncé le fait que l'organisation a fait enlever les drapeaux utilisés par le mouvement nationaliste flamand. Par contre, l'extrême droite peut agir en toute impunité. Le PTB continue de s'opposer à cette normalisation en profondeur de la violence d'extrême droite.

De Wever met le turbo vers une Flandre d'ultra-droite, élitiste et nationaliste

On pourrait penser qu’une nouvelle coalition suédoise en Flandre signifie business as usual, avec cinq nouvelles années de la même politique. Faux. Depuis les élections, Bart De Wever avance à grands pas dans la direction d’une Flandre d’une droite particulièrement dure, élitiste et nationaliste. Sa note de base pour le prochain gouvernement flamand se lit comme un manuel d’idées néolibérales. Il a rendu le Vlaams Belang d’extrême droite tout à fait fréquentable et des propositions qui ont longtemps été impensables sont reprises sans gêne aucune. De plus, il organise un blocage total de la formation d’un gouvernement fédéral afin de pouvoir scinder le pays, chose qu’aucun électeur n’a demandée. Nous avons besoin d’une alternative sociale claire pour inverser cette tendance.

Nous avons besoin de votre soutien