NLMK : non aux licenciements boursiers

La direction a confirmé la nouvelle : 290 emplois vont disparaitre chez NLMK Clabecq. Près de 300 emplois en moins sur 590 malgré le bénéfice d’1,45 milliard de dollars que le groupe russe a empoché en 2017... Il est temps d’en finir avec les vagues de licenciements dans les entreprises qui font des bénéfices.

Micro-marge salariale de 0,8 % : le PTB veut annuler la loi qui cadenasse nos salaires

Le PTB dénonce la marge maximum disponible de 0,8 % pour les augmentations de salaires sur la période 2019-2020. Les travailleurs doivent retrouver une pleine liberté de négocier des augmentations de salaire. Pour cela, le PTB introduit une proposition de loi visant à abroger la loi sur les salaires de 1996.

Notre solution pour empêcher les licenciements chez Proximus : les partis traditionnels vont-ils l'accepter ?

Alors que l’État est actionnaire majoritaire de Proximus, le statut d’« entreprise publique autonome » empêche le politique d’intervenir dans la gestion de la société. Le PTB veut donc permettre au gouvernement ou au parlement d'annuler une décision d'une entreprise publique lorsque cette décision représente une menace sérieuse contre l'intérêt général, en ce compris les intérêts du personnel de l'entreprise.

Le nouveau conseil communal à Anvers : le PTB demande le plafonnement des plus hauts salaires

Le nouveau conseil communal anversois a pris ses fonctions le 7 janvier. « On nous avait promis le "changement" pendant la campagne électorale, commente Peter Mertens, chef du groupe PTB à Anvers. Mais que constatons-nous ? Tout continue comme avant. De Wever 2 c'est De Wever 1 à 95 %. »

Le PTB soutient la campagne de la FGTB pour un salaire minimum de 14 euros de l’heure

Peter Mertens, président du PTB, était présent aujourd’hui à Anvers pour soutenir la campagne de la FGTB réclamant un salaire minimum de 14 euros de l’heure, soit 2300 euros bruts par mois. Le PTB fera de cette revendication un point clé de son programme électoral pour les élections de mai prochain.

Gardons le contact