La priorité de gauche

« Les gens d’abord, pas le profit. » Rien ne définit mieux le PTB (le Parti du Travail de Belgique) que cette idée fondamentale. Les gens ne sont pas des numéros. La société n’est pas une loterie. Nous valons beaucoup mieux que ça.

Aujourd’hui, tout est devenu marchandise : la santé, l’emploi, l’enseignement, l’environnement, la participation, la solidarité internationale et la paix sont sacrifiés à l’appât du gain.

Nous voulons changer les priorités. Remettre cette société sur ses pieds. D’où « les gens d’abord, pas le profit ».

« Les gens d’abord », ça vaut aussi au sein du PTB. Un parti où les gens se sentent chez eux. Un parti où des valeurs comme l’humanité, la solidarité et la justice veulent vraiment dire quelque chose. Un parti actif, avec 16 000 membres dans tout le pays. Un parti en plein essor. Un parti qui ne prétend pas tout savoir, mais un parti déterminé. Qui dit les choses telles qu’elles sont. Qui est pour la priorité de gauche.

Le PTB en dix mots-clés

Un parti où les gens se sentent chez eux. Ouvriers, employés, fonctionnaires, chômeurs, jeunes, intellectuels et indépendants. Le PTB compte 16 000 membres et ils se sentent tous chez eux au sein du parti.

Unité. Le seul parti national du pays. Actif dans plus de 140 villes et communes et dans 120 lieux de travail. En Wallonie comme en Flandre et à Bruxelles.

Diversité. Un parti actif sur des terrains très divers. L’emploi et le logement, la santé et l’environnement, l’enseignement et les droits démocratiques, la solidarité internationale et la paix.

Ouverture. Avec un fonctionnement démocratique, des structures transparentes et un regard ouvert sur le monde. Au PTB, pas de lobbies ni de jeux politiques.

À l’écoute. Le parti est toujours attentif à ce qui se passe sur les lieux de travail, à l’école ou dans les quartiers.

Nuance. Avec des analyses et interventions solidement argumentées. Pas en noir et blanc, mais avec la priorité à gauche.

Des actes. Pas de blabla, mais un parti qui agit concrètement. Comme Médecine pour le Peuple, avec ses quatre-vingts médecins dans onze maisons médicales où l’on soigne gratuitement 25 000 patients.

Collaboration. Collaboration avec les grandes organisations sociales et avec tous ceux qui défendent le progrès social, les droits démocratiques, la solidarité internationale, la paix et la protection de l’environnement.

Une gauche conséquente. Ne pas parler à gauche et agir à droite comme certains politiciens à 10 000 euros par mois. Mais agir à gauche de façon conséquente, avec des parlementaires, des mandataires et des cadres qui vivent d’un salaire moyen de travailleur.

Socialisme 2.0. Résolument pour une société sans exploitation de l’homme par l’homme et sans que l’homme épuise la nature.

 

Nous avons besoin de votre soutien