Photo : Dieter Boone

Pour la première fois de son histoire, le PTB entre dans une majorité communale. À Zelzate, une commune industrielle du Nord du pays, c’est une majorité de gauche qui sera au pouvoir. Les premiers échevins PTB ont prêté serment ce jeudi 17 janvier. Il y avait du monde. Beaucoup de monde. Dans la salle du Conseil communal mais aussi dans tous les couloirs de la maison communale. 

« Nous sommes très heureux, dit une dame. Nous avons beaucoup de confiance dans le nouveau Collège. Ce sont des gens nouveaux, sympathiques, qui vont à nouveau mener une politique sociale. Au cours des six dernières années, tout ce qui était social a été démoli. » 

« Maintenant ce sera plus juste : plus de voiture officielle pour le Bourgmestre, plus de dîners à Knokke, convient sa voisine. Je dois dire que nous l'attendions depuis longtemps. Nous voulions que l'ancien Bourgmestre de droite Bruggeman parte dès que possible. Cet homme était un dictateur. Donc ce soir, nous faisons la fête. »

Les habitants de Zelzate ont en effet fait un choix clair le 14 octobre dernier : celui d'un changement après 6 années de politique à droite, celui d'amener un coeur pour Zelzate ("een hart voor Zelzate"), une coalition progressiste entre les socialistes du sp.a et le PTB, une coalition qui met la solidarité au centre de son action.  

Les applaudissements nourris suite aux interventions du Bourgmestre sp.a, Brent Meuleman, et du Premier échevin PTB, Geert Asman, ont encore témoigné du soutien populaire qu'a cette coalition, qui est unie par un programme de gauche authentique : « La première mesure décidée dans les négociations a été de rompre avec la vieille culture politique de self-service et de course aux postes. Nous supprimons deux postes d’échevins. Il n'y aura plus de voiture de fonction pour le bourgmestre. Les 100 000 euros que nous économisons ainsi seront investis dans la lutte contre la pauvreté. », expliquait récemment Geert Asman.

La pression mise en pace par les partis flamands de droite (N-VA et l'Open-VLD en tête) en parlant de cordon sanitaire autour du PTB, les manoeuvres et les procédures entamées par l'ancien Bourgmestre Open-VLD n'y auront rien changé : la justice sociale sera au coeur de Zelzate pour les six prochaines années. « Mangez ça Charles Michel, Bart De Wever et Gwendolyn Rutten : nous montrons qu'une alternative de gauche est possible. Nous sommes pour une fiscalité équitable, pour la démocratie participative d’en bas et la lutte contre la pauvreté. », a réagi le président du PTB sur Facebook.

Pour le PTB, la participation au pouvoir local, c'est aussi une autre manière de faire la politique. Geert Asman : « Nous voulons diriger cette commune avec la population. C'est pourquoi la démocratie et la participation sont tellement importantes. Le collège des bourgmestre et échevins ne va d'ailleurs pas pouvoir tout résoudre à la place des gens. Les gens vont devoir bouger. Heureusement, il existe à Zelzate une tradition d'une population qui dit haut et fort ce qu'elle pense et tape du poing sur la table quand c'est nécessaire. » 

C'est le message qu'a encore été répété Geert Asman lors de son installation : « Nous jurons de remplir fidèlement les obligations de notre mandat. Mais plus important encore, nous jurons fidélité au peuple de Zelzate. Nous appelons chacun à faire entendre sa voix, à participer activement, via les conseils consultatifs, via les conseils de quartier. Et à évaluer dans trois ans notre gestion. J'espère que vous serez nombreux à le faire. » 


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Gardons le contact