La guerre est une affaire sérieuse. Ce n’est pas le moment de jouer à des petits jeux politiciens. Le PTB a condamné la guerre de la Russie contre l'Ukraine dès le départ, de façon inconditionnelle et sans ambiguïté. Nous sommes très inquiets de l’escalade de la guerre. Nos médecins de Médecine pour le Peuple ont lancé une campagne de soutien pour aider les réfugiés de la guerre.

Le PTB veut la paix, avec un cessez-le-feu immédiat, le retrait des troupes russes et une sortie diplomatique sous la direction de l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe. Avec comme but la démilitarisation des frontières et des garanties de sécurité mutuelles. C’est la seule manière d’arriver à la paix à court terme.

Nous nous opposons à la politique d’escalade qui empêche toute solution de paix. Certaines forces va-t-en-guerres espèrent que le conflit va durer. Cela va de sanctions extrêmes, dont les citoyens vont partout être les victimes, à des livraisons d’avions de chasse, jusqu’à une « no-fly-zone ». C’est la stratégie de la confrontation totale, qui n’est pas orientée vers la paix. Cette stratégie implique un risque nucléaire et aurait des conséquences dramatiques tant pour les gens en Ukraine que pour tous les peuples d’Europe.

Plus la guerre va durer, plus certains vont vouloir faire payer la classe travailleuse. Les prix du gaz et du pétrole battent déjà des records. Les profiteurs de guerre et les spéculateurs font des affaires en or. Et certaines sanctions peuvent avoir des conséquences graves pour l’emploi ici.

La guerre tourne autour du pouvoir et de l’argent. « Quand les riches se font la guerre, ce sont les pauvres qui meurent », dit le dicton. La classe travailleuse ne peut que perdre dans cette guerre.

Découvrez ici 10 questions et 10 réponses sur ce que le PTB dit sur la guerre en Ukraine.

Pourquoi le PTB est depuis plus de 20 ans contre Poutine

Depuis que Vladimir Poutine est devenu président de la Russie, il y a plus de vingt ans, le PTB y est opposé, ainsi qu’à son régime.

Alors que plusieurs partis traditionnels en Europe faisaient des affaires avec Poutine, des partis de gauche authentique comme le PTB dénonçaient sa politique antisociale et sa guerre dégoûtante en Tchétchénie. 

Poutine est un oligarque capitaliste, anticommuniste, va-t-en-guerre et nationaliste grand-russe. Sous sa présidence, les inégalités ont augmenté très fortement en Russie. Ce sont les oligarques qui mènent la danse et la classe travailleuse qui en fait les frais.

Le PTB a condamné la guerre de la Russie en Ukraine dès le départ, de façon inconditionnelle et sans ambiguïté. Voilà les faits.

Lire plus

Pourquoi nous devons absolument éviter une escalade de la guerre

Le PTB veut la paix, via un cessez-le-feu immédiat, le retrait des troupes russes et une solution en profondeur qui passe par la démilitarisation des frontières, des accords de désarmement et un nouveau statut pour l’Ukraine.

C’est réaliste à court terme. Nous nous opposons à une stratégie d’escalade qui empêcherait toute possibilité de paix. Cette dynamique ne vise pas la paix et une solution immédiate. Elle mènerait au contraire à la confrontation totale. Cette stratégie comporte aussi des risques nucléaires qui seraient dramatique tant pour les gens en Ukraine que pour tous les peuples d’Europe.

Lire plus

Pourquoi la classe travailleuse va payer le prix fort tant que la guerre va durer

Plus la guerre dure, plus certains vont vouloir faire payer la classe travailleuse. Les prix du gaz et du pétrole atteignent déjà des records. Les profiteurs de guerre et les spéculateurs font des affaires en or. Non seulement la guerre, mais aussi les sanctions et les réponses à ces sanctions vont avoir des conséquences catastrophiques pour le monde entier. La classe travailleuse sera la première touchée et risque de devoir payer le prix fort pour cette guerre, si on n’arrive pas vite à un cessez-le-feu. 

Toutes les guerres tournent autour du pouvoir et de l’argent. Celle-ci ne fait pas exception. Certains politiciens et profiteurs de guerre nous disent qu’il faut accepter les conséquences des sanctions et d’une guerre prolongée en Ukraine. Ils ne précisent évidemment pas qu’eux-mêmes ne subissent pas ces conséquences. 

Ces conséquences sont pourtant importantes, en premier lieu pour la classe travailleuse. Plus la guerre va durer, plus des problèmes vont se poser à cinq niveaux : (a) les prix de l’énergie ; (b) les menaces sur l’emploi dans certains secteurs ; (c) le danger de stagnation et de crise ; (d) une nouvelle austérité pour compenser les budgets militaires ; (e) une limitation supplémentaire de nos droits démocratiques.

Lire plus

Pourquoi une paix durable en Europe est possible

La guerre en Ukraine montre clairement que l’Europe a plus que jamais besoin d’une politique de sécurité durable. Pour cela, l'idéal est la sécurité collective, où la sécurité de l'un est l'affaire de tous.

L'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) poursuit exactement cet objectif. L’OSCE a, par le passé, montré qu’elle peut réaliser des accords importants.

La Belgique peut y jouer un rôle moteur avec une politique de désarmement et de coopération.

Lire plus

Pourquoi le mouvement pour la paix a tout notre soutien

L’immense majorité des gens veulent la paix. Mais la guerre est une affaire d’argent et de pouvoir. Certaines forces veulent donc nourrir la guerre. C’est pour cela qu'il faut que celles et ceux qui souhaitent la paix se fassent entendre. 

Le mouvement pour la paix ne trouvera pas d’alliés parmi ceux qui cherchent à retirer un profit politique ou financier dans la guerre, pas plus que chez les profiteurs de guerre ou les spéculateurs. Le mouvement pour la paix est une force tenace et courageuse qui s’oppose au militarisme des puissants. 

Le mouvement pour la paix a une longue et riche histoire. Il a le potentiel de toucher beaucoup de gens, car la majorité de la population veut la paix.

Lire plus

Pourquoi le mouvement ouvrier est un facteur de paix important

Dans le monde entier, le mouvement ouvrier se mobilise contre l’invasion russe en Ukraine et contre la guerre. Les plus grands syndicats d’Europe se prononce en masse contre la guerre et contre toute escalade militaire. 

Le mouvement ouvrier sait que, quand les tenants de l’ordre actuel déclarent la guerre, c’est la classe travailleuse qui en est la première victime. Plusieurs syndicats se prononcent aussi contre la spirale de l’escalade et les livraisons d’armes. Ils ne veulent pas que la guerre nourrisse la guerre et demandent un cessez-le-feu le plus vite possible, ainsi que des négociations de paix. 

Lire plus

Pourquoi nous offrons de l’aide concrète aux réfugiés de guerre

Les horreurs de la guerre en Ukraine ont forcé en quelques jours des centaines de milliers de familles à fuir. Dans l’urgence, sans eau, sans nourriture ni vêtements chauds.

Heureusement, une vague de solidarité traverse aussi l’Europe. Les gens offrent spontanément de l’aide, du transport, des vêtements ou un toit. 

C’est aussi ce que font les collaborateurs de Médecine pour le Peuple. Ils ont lancé une récolte de dons pour soutenir les projets de l’ONG Médecins du Monde qui aident les réfugiés et victimes de la guerre. Toutes les victimes, sans distinction de sexe, genre, origine ou couleur de peau.

Lire plus

Pourquoi l'Otan ne fait pas partie de la solution

L’intervention militaire de la Russie contre l’Ukraine est une violation flagrante de la souveraineté de l’Ukraine, de la Charte des Nations unies et du droit international. On ne peut pas légitimer ces violations. C’est pourquoi le PTB a dès le départ condamné cette attaque, de façon inconditionnelle et sans ambiguïté. Certaines forces plaident aujourd’hui pour une intervention forte de l’Otan dans la guerre en Ukraine. Ceux-là disent que l’Otan a tout fait pour éviter le conflit. Ces déclarations ne correspondent pas aux faits, comme l’expliquent plusieurs spécialistes. Ces dernières années, l’Otan elle-même a poursuivi une stratégie de tension croissante en Ukraine. Ça, c’est un fait. 

Nous nous opposons à la politique d’escalade graduelle qui rend toute paix impossible. La stratégie de la tension que l’Otan poursuit ne fait pas partie de la solution. Certaines forces souhaitent une guerre de longue durée. La stratégie de confrontation totale implique par ailleurs aussi un risque nucléaire et serait dramatique pour les gens en Ukraine ainsi que pour tous les peuples d’Europe.

Lire plus

Pourquoi est-ce si important d’avoir un débat démocratique en temps de guerre

Quand les émotions sont exaltées et que la politique devient un combat de vie et de mort, les tenants de l’ordre établi ont tendance à vouloir enterrer tout débat contradictoire. 

Pourtant, un débat ouvert et démocratique est particulièrement nécessaire sur les questions de guerre et de paix. Comment éviter sinon d’être unilatéral ? Comment peut-on éviter, sans débat, d’être petit à petit entraînés dans une escalade du conflit ? Comment empêcher autrement que la guerre soit utilisée comme excuse pour imposer de nouvelles mesures antisociales ?

La manière dont le PTB a été traité au début de la guerre n’augure rien de bon. Certains ont menti à propos de notre condamnation immédiate, inconditionnelle et sans ambiguïté de l’attaque de la Russie contre l’Ukraine. Le but de ces mensonges est clair : faire taire les voix dissonantes, ou au moins les isoler et les diaboliser. On empêche ainsi la discussion sur base d’arguments et on ouvre la voie aux discours de guerre. 

Lire plus

Pourquoi le PTB s'est abstenu au Parlement européen

En séance plénière du Parlement européen, le PTB s’est prononcé en faveur de la condamnation ferme et inconditionnelle de la guerre criminelle de la Russie contre l'Ukraine.

Plusieurs amendements du PTB appelant à une solution négociée et à un cessez-le-feu immédiat ont été approuvés par le Parlement européen.

Cependant, le Parlement européen s’est aussi réjoui des nouveaux exercices militaires de l'Otan en Europe de l'Est. Et la résolution encourage la poursuite de la militarisation du conflit. Le député européen du PTB Marc Botenga a donc qualifié la résolution d'« ambiguë ». C'est la raison pour laquelle le PTB s'est abstenu.

Lire plus