Photo Solidaire, Stefaan Van Parys.

Raoul Hedebouw, le porte-parole national du PTB et chef de groupe au parlement fédéral, est le seul candidat pour devenir président du parti de gauche. Les élections auront lieu lors du congrès statutaire le 5 décembre prochain.

Décrit dans les médias comme un « phénomène » au « flair bilingue », populaire au Sud, mais aussi au Nord du pays, Raoul Hedebouw est reconnu par ses amis comme ses adversaires pour ses talents politiques et de communicateur. Il combine des analyses étayées avec une capacité exceptionnelle à traduire ce qui vit parmi la population et les travailleurs. Le tout accompagné toujours d’une touche d’humour. Ses vidéos au parlement où il jongle d’une langue à l’autre ont un succès viral sur les réseaux sociaux. Sa présence sur les piquets et aux manifestations syndicales est appréciée par les syndicalistes de tout le pays.

Né en 1977 à Liège de parents flamands, Raoul Hedebouw s’est engagé au PTB suite aux grandes grèves étudiantes dans l’enseignement dans les années 1994-1996 notamment contre le « plan Onkelinx ». Il a dirigé la provinciale du PTB de Liège à partir de 2003 puis est devenu porte-parole national du parti en 2005, et élu au bureau national du parti en 2008. Il est élu conseiller communal à Liège en 2012 lors de la première percée du PTB dans les grandes villes et communes du pays, notamment à Anvers, Bruxelles et Liège. C’est à partir de 2014 qu’il se fait connaître d’un public plus large suite à son élection au parlement fédéral en compagnie de Marco Van Hees.

Lire le portrait de Raoul Hedebouw.

À propos de sa candidature, Raoul Hedebouw déclare : « Je suis candidat à la succession de Peter Mertens, même si c’est loin d’être évident. Peter a dirigé le parti pendant 13 ans et nous a amené là où nous sommes aujourd’hui. Sous sa présidence, nous sommes devenus une force de gauche incontournable en Belgique. Je veux continuer son travail. Je pense que nous sommes prêts maintenant à affronter les nouveaux défis qui s’annoncent devant nous : la lutte pour l’unité du pays avec le rendez-vous important 2024, ainsi que la mobilisation de la classe travailleuse et de la jeunesse dans le combat pour une autre société, pour le socialisme. Avec cette candidature, je veux avant tout me mettre au service du collectif et – si je reçois la confiance lors du vote du 5 décembre – continuer à faire grandir le PTB aux quatre coins du pays. »

« Raoul fait partie de la génération issue du renouveau du parti. Il en a été un acteur important durant toutes ces dernières années. Il est bilingue, bon communicateur, et il est aussi fort en termes de contenu. Je suis très content qu’il pose sa candidature et je lui souhaite le meilleur. Il pourra évidemment toujours compter sur mon soutien s’il en a besoin », déclare le président sortant du PTB, Peter Mertens.

 

 

PTB