Photo Elio Germani.

Les 12 élus et élues du groupe fédéral du PTB ont prêté serment ce jeudi 20 juin à la Chambre. 12 député.e.s issu.e.s de Wallonie, de Bruxelles et de Flandre, qui parlent une seule et même langue : celle des travailleurs.

Ils et elles s’apprêtent à relayer pendant 5 ans les luttes du terrain au Parlement et à défendre la solidarité et l’unité, tout en continuant à vivre avec un salaire de travailleur et travailleuse.

Peter Mertens, président du PTB, a déclaré :

« Fier de la solide équipe qui prête aujourd’hui serment à la Chambre. La fois passée, nous étions deux. Aujourd’hui, nous sommes 12 députés et députées.

Nous allons faire entendre la voix de la rue dans le Parlement. Nous allons nous battre pour une pension minimum à 1500 euros, la pension à 65 ans, l’augmentation du salaire minimum, une politique humaine pour les malades de longue durée, de meilleurs transports en commun, une fiscalité équitable… Et nous continuerons à lutter contre les privilèges des politiciens.

Le nouveau groupe du PTB est à l’image du parti : des hommes et des femmes de Wallonie, de Bruxelles et de Flandre, avec quatre ouvriers et ouvrières qui cumulent ensemble plus de 100 ans d’expérience syndicale. Tous et toutes connaissent la réalité du terrain et du quotidien des gens. »

Maria Vindevoghel, élue à Bruxelles, à provoqué un petit tumulte en prononçant un serment bilingue. Une chose toute naturelle pour cette bilingue qui veut représenter la capitale dans les deux langues qui y sont officiellement parlées, mais qui va à contre-courant des usages qui tendent à diviser les députés entre francophones et néerlandophones.

Quoi qu'il en soit, les députés et députées du PTB parlent avant tout une seule et même langue : celle des travailleurs.

Découvrez ici les portraits des élu.e.s.

 


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Nous avons besoin de votre soutien