Photo Solidaire, Voxunit.

Ce samedi 4 mai, le PTB a mené une action anti-évasion fiscale. À travers une visite guidée du « Boulevard des Mulliez », du nom de la richissime famille française qui s’y est installée pour échapper à l’impôt français, le parti de gauche a dénoncé le paradis fiscal qu’est la Belgique et a plaidé pour une fiscalité plus juste qui mette les millionnaires à contribution.

Le PTB a mené son action, anti-évasion fiscale à Néchin, petite localité de la commune d'Estaimpuis, dans la rue qui passe la frontière franco-belge. Quelque 400 militants du PTB et du Parti communiste français (PCF), avec qui l’action était organisée, étaient présents.

Pourquoi avoir choisi cette petite commune inconnue du grand public ? Eh bien parce qu’il s’agit de l’endroit qu’on choisi une série de membres de la richissime famille française Mulliez. Propriétaires des magasins Auchan, Decathlon, Midas, etc., ils ont franchi les quelques kilomètres qui les séparaient de la Belgique et s’y sont installés. De quoi profiter du meilleur climat… fiscal.

Retrouvez ici notre dossier sur la famille Mulliez et le paradis fiscal belge.

Le député fédéral et spécialiste fiscalité du PTB, Marco Van Hees, a joué les guides touristiques en faisant visiter la commune, habitée par des membres de la très riche famille) aux 400 personnes venues voir où partait leur argent.

Le PTB, par la voix de Marco Van Hees, Raoul Hedebouw (porte-parole national du parti) et Marc Botenga (tête de liste pour les européennes) entendait par cette action ludique mettre à l'agenda ses revendication de justice fiscale. « La Belgique est un paradis fiscal pour les riches et un enfer fiscal pour les travailleurs, a dénoncé Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB. Nous militons depuis longtemps pour une Taxe des millionnaires, et cette action permet de montrer qu’il y a beaucoup d’argent en Europe et qu’il est temps de taxer un petit peu ces millionnaires pour investir dans les transports publics, la transition écologique, dans les salaires… »

Retrouvez ici ces revendications.

Des représentants du PCF ont également pris la parole : Fabien Roussel (Secrétaire général), Ian Brossat et Marie-Hélène Bourlard (têtes de liste aux européennes).

Cette action commune était évidemment tout symbolique à trois semaines des élections européennes. « Ces élections sont une chance historique pour le PTB d’avoir son premier élu européen, a pointé Raoul Hedebouw. Cela permettra d’avoir justement une coopération. Le grand patronat est structuré au niveau européen pour organiser la concurrence entre travailleurs, nous devons donc organiser la solidarité à cette échelle aussi. »

 


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Gardons le contact