.

Le docteur Dirk Van Duppen est décédé la nuit dernière. À l’époque où il était président de Médecine pour le Peuple, il s’est fait connaître avec son « modèle kiwi », qui permet de réduire le prix des médicaments. Un combat de longue haleine qu'il a récemment encore qualifié de « vital », en pleine crise du coronavirus.

Entouré de sa famille, le docteur Dirk Van Duppen s’en est allé en douceur chez lui, à Deurne (Anvers). Après une vie d'engagement, de dévouement au service des autres et de résistance à l'injustice, il nous laisse en héritage sa confiance dans la solidarité et dans l’avenir.

Il a consacré sa vie à ce qu’il y a de plus noble : prendre soin de son prochain. « In the struggle of life, you’ll find more love. And in the struggle, you will be loved also. » (Dans la lutte de la vie, tu trouveras plus d'amour. Et dans la lutte, tu seras aimé aussi) Il aimait citer ces vers célèbre du chanteur Woody Guthrie. Le bonheur, c’était pour lui de pouvoir compter pour les autres.

Très jeune déjà, Dirk est devenu marxiste et membre actif du PTB. Il a étudié la médecine et est parti, avec sa femme Lieve Seuntjens, pour apporter son aide dans les camps de réfugiés palestiniens en tant que médecin. Dans les quartiers populaires de Deurne, il a participé à la mise sur pied de la maison médicale de Médecine pour le Peuple « De Bres » (La brèche). Être sur la brèche, battre en brèche l’injustice : ce nom lui allait bien.

En tant que président de Médecine pour le Peuple, il s'est battu sans relâche contre le pouvoir des multinationales pharmaceutiques et a lancé le « modèle kiwi » pour faire baisser le prix des médicaments. Son credo était : « La santé ne doit pas être une marchandise qu’on monnaie. Les soins de santé doivent être publics, de qualité et accessibles à tous. ». Cela ne pourrait pas être plus actuel qu’aujourd'hui.

Dirk a obtenu la reconnaissance des troubles du dos chez les dockers comme maladie professionnelle, ce qui lui a valu le titre honorifique de « dokter met rechte rug » (« docteur au dos droit »). Mais Dirk était aussi un militant pour la qualité de l’air. Il a contribué à empêcher la construction du pont Lange Wapper à Anvers. Et en tant que conseiller communal du PTB, il a mobilisé les Anversois contre les coupures d'eau par le CPAS d'Anvers.

Dirk Van Duppen était un homme de science. Dans son livre « De supersamenwerker » (L’homme super-coopérateur), il a développé l'idée que l'homme est un être social. « Toujours en avance sur son temps », a déclaré l’écrivain néerlandais Rutger Bregman. Dirk voyait avec bonheur toutes les petites et grandes initiatives d’aide qui ont émergé en ces temps de coronavirus, qu’il considérait comme autant de preuves du sens de la solidarité de l’être humain.

« Je vois le monde changer, je crois qu’il en sortira du bon. » C'est par ces mots qu'il termine son livre d'adieu « Zo verliep de tijd die me toegemeten was » (Ainsi s’est écoulé le temps qui m’était compté)*.

Le docteur Dirk Van Duppen est mort d'un cancer du pancréas. Les funérailles auront lieu dans l’intimité.

Peter Mertens, président du PTB, a écrit un In Memoriam : « Tous les soirs à huit heures, j'applaudirai aussi pour toi ».

*Disponible en français en avril


Montrer 2 réactions

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • François Versbraegen
    a commenté 2020-04-06 11:29:06 +0200
    comme je l’ai déjà signalé, le livre “Supersamenwerker” est disponible en français sur le site d’Ivestig’action: L’Homme, un loup pour l’Homme? Les fondements scientifiques de la solidarité – Dirk Van Duppen et Johan Hoebeke.
    Si on veut faire connaître cet aspect de Dirk aux francophones c’est indispensable de signaler cela quand on mentionne le livre dans un article !
    je ne comprends pas que cela ne se fait toujours pas.
  • Claidine De Bruyn
    a commenté 2020-04-01 02:39:37 +0200
    Bedankt Dirk voor je inzichten. Vaar wel.

Nous avons besoin de votre soutien