Le Bureau du Plan confirme : notre taxe des millionnaires est parfaitement possible et rapporterait plusieurs milliards par an

Dans une nouvelle étude, le Bureau fédéral du Plan confirme que la taxe des millionnaires du PTB est parfaitement faisable. Il estime également le rendement de notre proposition à au moins 4,7 milliards d'euros par an.

Mardi 6 février 2024

Sofie Merckx

Notre cheffe de groupe à la Chambre Sofie Merckx est optimiste : « C'est un grand pas en avant dans le débat démocratique. Il ne s'agit plus de savoir si c'est possible. Dorénavant, la question est : oserons-nous aller chercher l'argent là où il se trouve ? »

Le Bureau du Plan estime que la taxe sur les millionnaires rapportera au moins 4,7 milliards d'euros par an. Cette estimation tient déjà compte des possibilités d'évasion fiscale, de fraude et de fuite des capitaux, le Bureau du Plan estimant que cette dernière est « limitée ». Sofie Merckx : « Le Bureau du Plan réfute ainsi un contre-argument important contre la taxe sur les millionnaires : non, les capitaux ne fuiront pas le pays. Il est temps d'oublier les fausses excuses et de dire haut et fort aux gens : voulons-nous taxer les 1 % de multimillionnaires, oui ou non ? »

Cette étude confirme qu'il est possible de restituer à la société une partie de la richesse accumulée par les plus riches par le biais d'un impôt sur les millionnaires. Même selon les estimations les plus prudentes, notre taxe sur les millionnaires rapporterait une somme considérable. « Des recettes indispensables dans une époque où la société a besoin d’investissements dans les politiques sociales et les services publics », commente Sofie Merckx. 

La Banque nationale a récemment mis en lumière le fait que l’inégalité des richesses et la concentration des richesses au sommet est plus importante dans notre pays que ce qu’on ne le pensait.

Sofie Merckx

Cheffe de groupe PTB à la Chambre

Cette étude constitue une première étape dans l’examen des programmes électoraux par le Bureau du Plan. Dans notre programme, nous mettons en avant la taxe des millionnaires. Car la justice fiscale sera l’enjeu des élections de juin. 

« Le gouvernement Vivaldi s'est révélé être un gouvernement de taxes, avec des impôts qui touchent principalement les petites gens, tandis que les plus grosses fortunes s'en tirent à bon compte. Les accises sur l'énergie ont augmenté, alors que les multimillionnaires ne paient toujours pas d'impôt sur leur fortune. Cette injustice dérange de plus en plus de gens, et ils ont raison », ajoute Sofie Merckx.

Nous avons longtemps dû aller à contre-courant, mais aujourd’hui cette proposition est un point indispensable de l’agenda politique.

Sofie Merckx

Cheffe de groupe PTB à la Chambre

Notre taxe des millionnaires ne vise que la fortune des plus riches. Pour nous, il est important de ne cibler que la couche supérieure des plus riches, les 1 %, et pas la classe moyenne. Sofie Merckx explique que c'est précisément chez les plus riches que se concentre la richesse la plus importante : « La Banque nationale a récemment mis en lumière le fait que l’inégalité des richesses et la concentration des richesses au sommet est plus importante dans notre pays que ce qu’on ne le pensait. Une taxe des millionnaires est nécessaire pour une répartition équitable. »

« Les étoiles s’alignent pour une taxe des millionnaires, conclut Sofie Merckx. Nous avons longtemps dû aller à contre-courant, mais aujourd’hui cette proposition est un point indispensable de l’agenda politique. Ça, c’est le pouvoir d’une idée forte et de gauche. » 

La proposition gagne du terrain, comme en témoigne le soutien d'éminents économistes tels que Paul De Grauwe et Thomas Piketty. En outre, l'opinion publique est très favorable à l'instauration d'une taxe sur les millionnaires, avec le soutien de huit Belges sur dix.