« 165 euros de réduction sur des factures d'énergie qui augmentent de plus de 2 800 euros ? Ils se foutent de nous »

.

« La montagne a accouché d’une souris. Pire, c'est devenu une blague », déclare Raoul Hedebouw, président du PTB, en réaction à l'accord du gouvernement fédéral sur les prix de l’énergie. « Une réduction d'à peine 165 euros sur des factures d'énergie qui ont augmenté de plus de 2 800 euros, ce n'est pas sérieux. » Le parti de gauche continue de plaider en faveur d'une baisse structurelle de la TVA sur l'électricité et le gaz qui permettra aux familles d'économiser plus de 500 euros.

 

Raoul Hedebouw ne comprend pas pourquoi le gouvernement ne réduit la TVA que sur l'électricité : « Le gouvernement est-il conscient que c'est justement la facture de gaz qui a été multipliée par trois ? C’est quand même une décision complètement déconnectée de la réalité que de maintenir la TVA à 21 % sur le gaz. Apparemment, le gouvernement considère encore que c’est un produit de luxe. Quant à l'électricité, elle est bien un produit de première nécessité, mais uniquement au printemps. C’est incompréhensible. »

Une réduction structurelle de la TVA sur l'électricité et le gaz est néanmoins parfaitement payable, comme l’a calculé le PTB. « C’est du moins le cas si on ose toucher aux énormes surprofits d'Electrabel, explique Raoul Hedebouw. Même après avoir payé la taxe nucléaire, la multinationale de l'énergie empoche la somme insensée de 1,8 milliard d’euros de surprofits. Et là, c’est silence radio du côté du gouvernement. C'est incompréhensible. S’il y a bien quelqu'un qui peut être satisfait de cet accord ce matin, ce sont les actionnaires d'Electrabel. Ils continueront à s'enrichir, tandis que les familles sont abandonnées à leur sort. »

Le PTB n'a pas l'intention de s'arrêter là. « Il n'y a pas si longtemps, une réduction de la TVA était taboue à la rue de la Loi. Grâce à la pression populaire, nous avons finalement réussi à l'inscrire à l'ordre du jour. Ce qu'il faut maintenant, c'est une baisse de la TVA sur l'électricité et le gaz. Permanente, pas temporaire, et sans qu’elle soit compensée par une augmentation des accises », poursuit Raoul Hedebouw.

« Il s'agit de pousser, lutter, ne rien lâcher. Nous allons continuer à mettre la pression. Pour une réduction de la TVA sur l'énergie et pour une réduction structurelle des prix des carburants et du mazout », conclut Raoul Hedebouw, qui appelle à rejoindre la marche « Basta ! », organisée par le PTB le dimanche 27 février à Bruxelles.