Violences contre des militants pacifistes d’Extinction Rebellion : le PTB exige une réaction de la majorité de la Ville de Bruxelles

Photo Extinction Rebellion.

Le PTB condamne l’intervention policière qui a lieu hier à Bruxelles contre le rassemblement pacifiste pour le climat, qu’il juge totalement disproportionnée. « Rien ne pouvait justifier un tel recours à la violence, avec dispersion par autopompe et coups de matraques contre des militants pacifistes », réagit la cheffe de groupe du PTB à la Ville de Bruxelles, Mathilde El Bakri, qui interpellera la majorité PS-Ecolo-Groen-Défi à ce sujet.

« Comment la majorité peut-elle justifier une telle violence ? s’interroge Mathilde El Bakri. Les arguments invoqués par les autorités comme la violation de la zone neutre ou l’action non concertée de la part des policiers ne tiennent pas la route. Je rappelle que c’est loin d'être la première fois que nous avons des critiques à l'égard des interventions disproportionnées de la police de la Ville de Bruxelles. Après les gilets jaunes, les migrants du Parc Maximilien, voilà les manifestants pour la justice climatique victimes de la violence de la police bruxelloise. »

L’élue de gauche souligne le grand écart être la parole et les actes : « C’est intolérable. Comment est-ce possible qu’une ville qui vote l’état d’urgence climatique trois semaines plus tôt réprime des militants pacifistes qui se mobilisent pour le climat avec une telle violence ? Je condamne cette répression et j'interpellerai la majorité à ce propos. Je demanderai également qu’une enquête soit ouverte et qu’elle mène à de vrais résultats. Nous attendons que les partis de la majorité condamnent cette violence disproportionnée, en tirent les conséquences et réaffirment le droit de manifester. »

Le PTB invite tous les militants présents lors de cette manifestation à envoyer leur témoignage et à venir assister au prochain conseil communal du 21 octobre. La majorité de la ville de Bruxelles doit rendre des comptes sur ses actions.