Une nouvelle étude le confirme : le transport en commun gratuit est l’alternative sociale et écologique de mobilité

.

Une étude de Beobank sur les alternatives en matière de mobilité vient de sortir et confirme que la première mesure à prendre pour que les gens utilisent moins la voiture est la gratuité des transports en commun. Depuis longtemps, le PTB plaide pour cette mesure qui est à la fois « sociale et écologique ». Le parti de gauche avance ses plans de financement et critique également les différents gouvernements qui augmentent les tarifs et mènent des politiques de mobilité tant antisociales qu’anti-écologiques.

« Nous le disons depuis longtemps : seule la gratuité est une mesure à la fois sociale et écologique, souligne Youssef Handichi, ancien chauffeur de bus et député bruxellois du PTB. C’est le contraire des mesures des gouvernements actuels et des communes. La taxe kilométrique, les tarifs de la SNCB, de De Lijn ou de la STIB qui augmentent, et les politiques communales de stationnement, ... toutes ces mesures visent plutôt à faire rentrer de l’argent dans les caisses sur le dos des ménages, sans aucune amélioration pour l’environnement. Il faut aller voir à Dunkerque, Calais ou Tallinn : ces villes pratiquent la gratuité pour les usagers et le shift modal qui en résulte est important. A Dunkerque, 24% des déplacements en voiture se font désormais en bus ! »

Le PTB pointe un problème de choix politique. Germain Mugemangango, député wallon s’explique : « Le maire de Dunkerque l’a parfaitement résumé lorsqu’il a déclaré que “la politique, c’est choisir de quel côté on met l’argent ; aujourd’hui, Dunkerque n’a pas d’Arena de 10 000 places pour recevoir Rihanna, mais on a les transports collectifs gratuits”. Alors qu’à Charleroi, Liège ou Namur, des millions d’euros sont dépensés pour les projets immobiliers de prestige, les dirigeants continuent de dire qu’il n’y a pas d’argent pour les transports publics gratuits. »

A Bruxelles, le PTB a même réalisé une étude de financement pour la gratuité de la STIB, sur le modèle français qui fait contribuer les employeurs à travers un forfait de déplacement domicile-travail. Youssef Handichi développe : « A Bruxelles, la STIB pourrait devenir gratuite du jour au lendemain si on demandait 400€ par an et par travailleurs aux entreprises de plus de 20 employés. Un tarif moins élevé que l’abonnement actuel qui est déjà payé en grande partie par les employeurs… Quand le gouvernement va-t-il nous écouter et inverser sa logique ? »

Germain Mugemangango conclut : « La gratuité, c’est aussi plus de convivialité, moins d’incivilités, la fin des portiques et des contrôles qui s’attaquent aux usagers les plus faibles. Mais attention, pour nous, comme à Dunkerque, la gratuité doit aussi s’accompagner d’investissements nouveaux pour renforcer les réseaux, afin d’absorber les nouveaux usagers et de vraiment entamer un tournant écologique. Nous espérons que cette nouvelle étude de Beobank va briser le tabou de la gratuité des transports qui pour nous est la seule mesure ambitieuse au niveau social et écologique. »


Montrer 12 réactions

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • André Vollais
    a commenté 2020-02-26 07:18:48 +0100
    Alphonse : soyez courtois ! Pas la peine de me donner la leçon pour ce qui est d’apprendre à lire. En l’occurrence, vous devriez relire ce que j’ai écrit. Je n’émet aucun avis, je réponds à la question de Ludovic Bu qui demandait « d’où sortait ce chiffre » les 24% mentionnés dans l’article et non par moi ! Je site un rapport sans le plébisciter ni le dénoncer. Si vous avez des convictions ou un message à faire passer, il n’est pas utile d’être discourtois.
  • Capitaliste bourré aux hormones 🇨🇱
    a commenté 2020-02-18 09:03:31 +0100
    Cette étude tient-elle seulement des capacités du système actuel d’absorber le surplus de demande que cela induit alors que les tec sont déjà bondés ?

    Un tram est plus écologique que la voiture, mais cela dépend déjà de son remplissage.
    Plus on crée une offre en trams et autres TEC capable de se substituer à la voiture (bien que ce ne sera jamais possible), plus leur taux de remplissage sera faible, et donc, plus le CO2/passager/km augmente.

    Autres problèmes : la dépendance à un seul type de moyen de transport, les retards, les délais, le manque de souplesse.
  • fernand soupart
    a commenté 2020-02-09 15:03:24 +0100
    désoler mais rien a foutre de l etude beobank , se que je peut constater un tram electrique pollue moin q un bus diesel qui laisse tourner son moteur meme a l arret ( enfin pas tous )
  • François D'If
    a commenté 2020-02-08 15:21:07 +0100
    Vous avez un lien vers l’étude de Beobank, s’il vous plaît ?
  • fernand soupart
    a commenté 2020-02-08 14:32:41 +0100
    alphonse oui d un cote vous avez raison mais vous dite progressivement passer à l’hybride et à l’électrique mais combien son t il en panne et l electrique oui s et super mais ne peuve pas faire une journer entier du matin jusque au soir , pour moi a mon avis vaux mieux l hybride mais le mieux serait que l electrique puise faire de plus longue distance se qui et pas tous a fait le cas maintement , mais le tram electrique oui il peut circuler plus longtemps peut etre plus emconbrant mais moin de pollution , enfin on a beau dire et en parler quand nos com de ministre n écoute pas se que l on leur dit , or que l on pourrait déveloper pas mal d idée si il nous écouterait , mais comme je l ai déjà dit son tellement bete et ne pense qu a leur fric avant tous
  • Alphonse
    a commenté 2020-02-08 02:58:15 +0100
    Fernand Soupart, oui, il est vrai que les bus diesel de la Stib polluent en moyenne presque autant que la bagnole par passager*km.

    Selon les chiffres de la Stib elle-même, on est à 110g CO2/km*passager pour le bus contre 158g CO2/km*passager pour la voiture (le tram et le métro sont bien en dessous avec respectivement 30g et 20g). Donc être a deux dans une bagnole, ça peut être moins polluant que le bus (ou même peut-être tout seul si c’est une petite voiture). Par contre niveau encombrement de la voie publique, le bus est largement gagnant…

    Et c’est bien pour ça que la gratuité des transports en commun est loin d’être la panacée écologique. Parce que se déplacer en transports en commun, ça pollue aussi. Et les rendre gratuits, ça ne peut qu’encourager à les utiliser plus (y compris à la place de la marche, du vélo ou pour des déplacement qu’on n’aurait pas fait).

    Heureusement, la Stib est en train de progressivement passer à l’hybride et à l’électrique. Ce qui devrait pas mal améliorer les choses…
  • Alphonse
    a commenté 2020-02-08 02:49:06 +0100
    André Vollais, apprenez à lire un rapport correctement. « 24% de report modal à Dunkerque », ce n’est pas du tout ce que dit ce rapport. Le graphique page 81 est trompeur (pour ne pas dire faux) et ne signifie en aucun cas un report modal de 24%.

    Ce que dit le rapport, c’est que 50% des usagers utilisent plus ou beaucoup plus les transports en commun qu’avant (ça ne veut pas dire qu’ils ne les utilisaient pas avant). Et dans ces 50%, 47,9% justifient cette augmentation principalement par le remplacement de la voiture ou de la moto (ce qui ne veut pas dire qu’ils n’utilisaient pas les transports en commun avant ni qu’ils les utilisent uniquement pour remplacer la voiture). Ce qui veut donc dire que 24% des utilisateurs actuels utilisent plus les transports en commun qu’avant principalement pour remplacer la voiture ou la moto.

    Il faut aussi ajouter que si la raison principale qui est citée pour ce report est la gratuité, ce n’est pas la seule. L’amélioration du réseau et d’autres rasions comptent aussi. Et précisons aussi que la fréquentation des transports en commun a augmenté de 85%, elle n’a pas doublé (50% des utilisateurs qui utilisent plus qu’avant, ça ne veut pas dire un doublement de la fréquentation).

    Mais surtout, quand on part d’une part modale de 5% pour les transports en commun et 70% pour la voiture, 85% d’augmentation des transports en commun dont une petite moitié qui vient de la voiture, ça ne fait en fait au mieux que 2% de transfert modal et donc une diminution minime de l’usage de la voiture.

    Pour faire une analogie, à Bruxelles, ces 20 dernières années, le nombre de cycliste a été multiplié par 10 (et la fréquentation des transports en commun a été multipliée par 2,5)… mais pourtant la voiture n’a diminué que de 2%. C’est parce qu’il y a 20 ans, il n’y avait quasi aucun cycliste à Bruxelles et donc multiplier par 10, ça fait toujours peu de cyclistes et ça ne change pas grand chose à la bagnole. C’est la même logique pour les transports en commun à Dunkerque (et pour l’augmentation des transports en commun à Bruxelles, ça a en fait principalement absorbé l’augmentation de la population et des déplacements).
  • fernand soupart
    a commenté 2020-02-07 17:09:20 +0100
    oui on aurait laisser les rail de tram un peut partout au lieu de tous enlever on aurait pu les remettre en service avec de nouveaux tram qui pollue beaucoup moin que les bus diesel , et un bus pollue pour 2 voiture donc a vos calcul je sait que quoi je parle car je suis ancien chauffeur de bus , et aprés on viendra dire écologie oui mon oeil en belgique les ministre son tous des incapable et save pas réfléchir plus loin du bout du nez , sauf pour leur fric sa pas probleme ,
  • André Vollais
    a commenté 2020-02-07 07:45:05 +0100
    « 24% de report modal à Dunkerque ? D’où sort ce chiffre ? » page 81 du rapport sur le nouveau réseau de transport gratuit de Dunkerque rédiger par Maxime Huré maître de conférence en science politique , Claire-Marine Javary et Julie Vincent, chargées d’études avec la participation des étudiants de l’Institut Régional du Travail Social. Rapport complet 5mo https://www.wizodo.fr/photos_contenu/doc-28d84e88b62278b031fb2c7f3a818caa.pdf
  • Alphonse
    a commenté 2020-02-07 02:27:41 +0100
    Ludovic Bu a bien raison de demander d’où sort le chiffre de 24% car il est complètement faux. C’est moins du dixième de ça.

    En réalité, il n’y a aucune étude globale de mobilité qui a été faite à Dunkerque qui permette de chiffrer le report modal. Il y a uniquement eu une étude sur les utilisateurs de transports en commun. D’après les chiffres de cette étude et en tenant compte du fait qu’avant la gratuité, les parts modales (mentionnées dans l’étude) de la voiture et des transports en commun étaient respectivement de l’ordre de 70% et 5%, on peut estimer que le report modal est de maximum 2%. Et celui-ci n’a pas été causé seulement par la gratuité mais aussi notamment par l’amélioration du service.

    Et donc, par rapport aux 70% de part modale de la voiture, ces 2% c’est vraiment pas grand chose. À moyen terme, il est probable que ça ne compensera même pas l’augmentation des déplacements (comme on a pu le voir dans d’autres villes ayant instauré la gratuité).
  • Ludovic Bu
    a commenté 2020-02-05 20:52:46 +0100
    24% de report modal à Dunkerque ? D’où sort ce chiffre ?
  • fernand soupart
    a commenté 2020-02-04 17:38:33 +0100
    avant il avait des tram partout dans toute les villes la louviere , houdeng mons etc etc , et on les a supprimer soit disant oui sa coute trop cher a entrtenir , je dirait faux ques qui cote le plus cher s et le bus couts du carburant des piece etc etc , l electrique n en parlos pas son plus souvent en panne , , pourquoi ne pas remettre les tram en service sa s et ecologique sa fonctionne a l electriciter et sa pollue pas , mais comme je dit nos ministre son tellement idiot et sans cerveaux , il ne save que mettre de l argent dans leur poche

Suivez le PTB