Photo Solidaire, Stefaan Van Parys

Ce jeudi 4 juin, le Parlement bruxellois et le Parlement fédéral ont adopté des mesures pour lutter contre la violence intrafamiliale. À l’initiative du PTB, un amendement a été adopté pour faire de la lutte contre la violence intrafamiliale une priorité pour la police. « C’est un pas important dans la lutte contre la violence conjugale et intrafamiliale », explique Sofie Merckx, députée fédérale du PTB.

Au Parlement bruxellois, le PTB a cosigné une proposition visant à utiliser les pharmacies comme point de signalement pour les victimes de violence intrafamiliale. Cette initiative a déjà été mise en œuvre avec succès dans plusieurs villes belges (Mons, Zelzate...) et à l’étranger (en France et en Espagne). Le confinement a clairement montré la nécessité d’une telle initiative : le nombre d’appels à la ligne d’assistance pour les cas de violence conjugale a augmenté de 30 % dans notre pays. En effet, quand on vit 24 heures sur 24 avec un partenaire qui est violent, il est difficile d’appeler la ligne d’assistance pour obtenir de l’aide. Une initiative supplémentaire était donc nécessaire.

Au Parlement fédéral, un amendement du PTB a obtenu une majorité pour faire de la lutte contre la violence intrafamiliale une priorité pour la police. Sofie Merckx (PTB) : « Concrètement, nous avons proposé de former spécifiquement les patrouilles de police aux interventions en cas de violence intrafamiliale, et nous demandons d’étendre à tout le pays l’initiative de la zone de police Bruxelles-Nord, où la police a téléphoné de manière proactive à toutes les victimes qui ont porté plainte au cours des trois derniers mois pour violences conjugales ou familiales. »

Ces deux propositions constituent une étape importante dans la lutte contre la violence intrafamiliale pendant et après le confinement. Toutefois, la lutte contre la violence intrafamiliale exige plus. La problématique n’est pas simple et nous devons travailler sur plusieurs fronts. C’est pourquoi Sofie Merckx, avec d’autres députés PTB, a déjà soumis une proposition propre au parti de gauche dans laquelle la lutte contre la violence intrafamiliale s’opère sur différents fronts (lignes d’assistance, accueil, police, justice...). Sofie Merckx (PTB) : « Cette initiative est un pas dans la bonne direction, mais cela reste trop souvent une initiative isolée. Nous avons d’abord eu la proposition autour de la lutte contre le harcèlement, et il y a désormais celle-ci. Dans notre propre résolution, nous optons pour une approche large et intégrée dans laquelle nous nous appuyons sur l’expertise des différents acteurs et prenons en compte les différentes exigences du terrain. » La résolution du PTB demande ainsi de travailler à rendre enfin les lignes d’assistance spécialisées en Flandre plus largement disponibles et accessibles (24 heures sur 24, 7 jours sur 7, au lieu de seulement de 9 à 17 heures en semaine, et d’étendre les lignes d’assistance à un numéro de téléphone portable afin que l’envoi de SMS devienne possible), à fournir des refuges d’urgence suffisants sans seuils (financiers) pour les victimes potentielles et à adopter une approche prioritaire au niveau judiciaire. La résolution du PTB est à l’ordre du jour du Parlement fédéral la semaine prochaine.


Montrer 1 réaction

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • Rédaction en ligne
    a publié cette page dans Actualités 2020-06-05 16:39:55 +0200

Nous avons besoin de votre soutien