Taxe carbone européenne : « Ce nʼest pas en augmentant les frais des ménages quʼon améliorera la situation climatique »

.

Le PTB s'indigne des plans européens visant à instaurer une taxe carbone sur le transport et le logement les ménages. « En pleine crise énergétique, la pire que l'on ait connue, l'Union européenne décide de puiser encore davantage dans les poches des travailleurs », déplore Marc Botenga, député européen du PTB.

« En Belgique, l'idée d'une telle taxe vient d'être abandonnée, notamment grâce à l'opposition du PTB. Mais voici maintenant que nos ministres, ainsi que la classe politique européenne, avec leurs plantureux salaires, décident que les citoyens devront payer 10 centimes d'euro de plus par litre à la pompe pour aller travailler et 170 euros de plus sur leur facture d'énergie. Nous maintiendrons la pression jusqu'à ce que ces plans soient également enterrés au niveau européen. »

« Les responsables politiques européens qui veulent prendre cette mesure sont complètement déconnectés de la réalité », poursuit Marc Botenga. « Cette année, nos factures d'énergie ont explosé. Nous recevons chaque jour des messages de gens qui n'arrivent plus à payer leurs factures. Pendant ce temps, les multinationales de l'énergie relancent leurs centrales à charbon polluantes. Et l'Union européenne décide de faire grimper nos factures encore un peu plus. Comme si cela allait rendre notre approvisionnement énergétique vert ou suffire à sauver le climat. »

« L'Union européenne a totalement démoli le trafic ferroviaire international par lʼaustérité et en libéralisant les chemins de fer », ajoute le député européen du PTB. « Mais aujourd'hui, elle veut faire payer un supplément aux gens qui partent en vacances en voiture. Alors quʼen même temps, c'est elle-même qui est à l'origine de la libéralisation du marché de l'énergie, cause de la flambée des prix et du manque dʼinvestissement dans les énergies renouvelables. Et maintenant, avec le soutien de la Vivaldi, elle se prépare à faire payer les citoyens, une fois de plus. »

« L'Europe est plus rapide pour décider d'une taxe carbone qu'à bloquer les prix du gaz. Il faut en finir avec cette vision libérale du climat », affirme Marc Botenga. « Ce n'est pas en augmentant les frais des ménages que l'on améliorera la situation climatique. Les primes octroyées pour les voitures électriques sont loin de compenser une taxe supplémentaire imposée aux gens qui peinent déjà à joindre les deux bouts à cause de l'explosion des factures d'énergie. Ce dont nous avons besoin, c'est d'investissements massifs dans des transports publics de qualité et abordables et dans des énergies renouvelables publiques à des prix plus bas. »