« Supprimons les certificats médicaux et laissons nos médecins s'occuper des patients atteints du coronavirus »

.

Sofie Merckx, médecin généraliste et députée PTB, appelle à une suspension temporaire des certificats médicaux pendant la crise du coronavirus.  

« En tant que généralistes, nous sommes chaque jour en première ligne dans la lutte contre le coronavirus. Nous sommes face à une urgence sanitaire, mais nous perdons énormément de temps et d'énergie à rédiger et envoyer des certificats médicaux », explique Sofie Merckx, elle-même active dans l'une des onze maisons médicales de Médecine pour le Peuple. « Il est urgent que nous puissions consacrer ce temps à la prise en charge et au suivi de nos patients. Notre pays devrait suivre l'exemple de la Suède, où le gouvernement a décidé de laisser tomber temporairement tous les certificats médicaux de moins de 14 jours. Qu'attend le gouvernement chez nous ? »

La Belgique est l'un des derniers pays où l'on doit présenter un certificat médical à son employeur dès le premier jour de maladie. En ces temps de corona-épidémie, nous ne pouvons plus nous permettre que nos médecins généralistes perdent leur temps avec ça. « Cette mesure est urgente car le nombre de patients augmente chaque jour », déclare Sofie Merckx. « Il y a aussi de plus en plus de patients présentant des symptômes légers qui doivent rester à la maison préventivement jusqu'à ce que ces symptômes aient complètement disparu. Je viens d'avoir un patient au téléphone. Il a mal à la gorge et des problèmes aux sinus. Il se peut qu'il ait été infecté, donc il doit rester à la maison et il a donc besoin pour cela d'un certificat médical aujourd'hui. On perd beaucoup de temps avec ça ».

De plus en plus de travailleurs inquiets consultent également leur généraliste pour obtenir un certificat. « Cela demande beaucoup de temps et d'énergie de la part des médecins généralistes. Nous recevons ainsi beaucoup de coups de fil de personnes qui font partie de groupes à risque et sont inquiètes », constate Sofie Merckx. « Des personnes souffrant de maladies pulmonaires ou cardiaques, de diabète ou d'asthme, mais aussi des femmes enceintes. Elles demandent un certificat pour ne pas être obligées de se rendre au travail, par mesure de précaution. Il y a aussi des travailleurs qui se tracassent parce que leur situation de travail ne leur permet pas de respecter les consignes médicales ». 

Cela génère énormément de tracasseries administratives. « Il est évident que, pour le moment, nous devons éviter que des malades et des patients à risque viennent nous voir, et rédiger et envoyer des certificats médicaux prend un temps fou », explique Sofie Merckx. « Des centaines de patients sont malades et ont besoin de soins et de soutien, mais nous gaspillons un temps précieux à des tâches administratives et logistiques. Nous devons de toute urgence libérer ce temps pour pouvoir écouter, expliquer les informations au sujet du coronavirus, surveiller les symptômes chez nos patients, les rassurer lorsque c'est possible, ou les envoyer aux urgences si cela s'avère nécessaire ». 

Les médecins de Médecine pour le Peuple appellent le gouvernement fédéral à suivre l'exemple de la Suède, dont le gouvernement a décidé d'abandonner temporairement tous les certificats médicaux de moins de 14 jours. « En Suède, les gens peuvent se déclarer malades sans certificat médical. Cela devrait également être possible chez nous », conclut Sofie Merckx. « Le gouvernement doit soutenir au maximum les travailleurs et travailleuses de la santé qui sont en première ligne ». 

 


Montrer 1 réaction

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • fernand soupart
    a commenté 2020-03-21 19:38:09 +0100
    serait une sage décision

Suivez le PTB