.

Le PTB dispose de la preuve que les enquêteurs wallons chargés du suivi de contacts seront payés à un salaire minimal de 11,33 euros de l’heure. « Nous disposons d’un exemplaire d’un contrat d’embauche de la société iKanb, explique Germain Mugemangango, chef de file PTB au Parlement wallon. C’est la société LEM Interim qui s’occupe du recrutement des opérateurs de call-enter et il propose une rémunération de 11,3243 euros brut de l’heure. C’est bien trop bas pour pouvoir vivre correctement. »

De plus, comme le député de gauche le craignait, la flexibilité et la précarité du contrat sont au rendez-vous. « En effet le contrat prévoit la possibilité de shifts pouvant aller jusqu’à 21h. Ils demandent même d’être disponible deux week-ends par mois. De plus, alors qu’il est demandé aux travailleurs de rester disponibles pendant les 7 prochains mois, on leur fait signer des contrats journaliers. Leur contrat peut donc prendre fin du jour au lendemain. C’est insensé. »

Pour le PTB, il est inacceptable que les pouvoirs publics contribuent, avec l’argent des citoyens, à la précarisation du marché de l’emploi. « Il y a en Belgique 250 000 travailleurs pauvres, explique le député du PTB. Ça ne peut plus durer. C’est la raison pour laquelle nous nous battons, aux côtés des organisations sociales, pour un salaire minimum de 14 euros brut de l’heure. C’est le montant minimal qui doit être proposé aux enquêteurs qui s’occuperont du suivi de contacts dans notre Région. C’est pas tout de parler de salaire de 14 euros de l’heure sur les plateaux télé, comme le fait Paul Magnette, encore faut-il le faire dans le concret. C’est aussi ça, prendre ses responsabilités. »

Pour le parti de gauche, cette confirmation relance la question de la transparence des montants alloués par le gouvernement wallon PS – MR – Ecolo à cette mission. « Les pouvoirs publics vont verser 47 millions d’euros à ces sociétés, s’étonne Germain Mugemangango. Or le ministre flamand Wouter Beke confirme que les contrats conclus par la région wallonne sont surtarifés, de la même manière que les contrats conclus par la Région flamande. Pour nous, cet argent ne peut en tous cas pas servir à enrichir des millionnaires comme Roland Duchâtelet, qui possède déjà 1,2 milliards d’euros de fortune et qui est un des dirigeants de CallExcell, une des sociétés de call center mandatées par le gouvernement wallon. Le moins que l’on puisse dire, c’est que, dans l’état actuel des choses, cet argent public n’ira pas remplir les poches des téléphonistes. Nous demandons à la ministre Christie Morreale de faire immédiatement toute la transparence sur les montants versés et de défendre les conditions salariales et les conditions de travail des téléphonistes. »

Le PTB estime que la ministre socialiste wallonne de la Santé, Christie Morreale, ainsi que le gouvernement wallon PS – MR – Ecolo, doivent garantir que les héros de la lutte contre le coronavirus soient respectés. « Ces héros qui vont travailler dur pour lutter contre la maladie doivent avoir des contrats décents, conclut Germain Mugemangango. Le gouvernement et la ministre doivent exiger de bonnes conditions de travail et un salaire minimum de 14 euros de l’heure pour ces opérateurs, avec des contrats décents et stables. »


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Suivez le PTB