Menace de licenciements chez Sodexo : le PTB propose la semaine de 34 heures pour sauver l’emploi

.

La multinationale française Sodexo annonce sa volonté de licencier 380 travailleurs en Belgique. « C’est inacceptable, réagit Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB. Ils et elles ont fait à manger dans les hôpitaux, le nettoyage, etc. Ils et elles font partie des héros de la crise qui ont fait tourner la société. » Leur travail a d’ailleurs rapporté gros à l’entreprise, qui a réalisé 1,2 milliard d’euros de profit en 2019. Le PTB propose le passage à la semaine de 34 heures, qui permettrait de sauver l’emploi.

Ce matin, la direction de Sodexo a annoncé un plan de restructuration, projetant de licencier 380 personnes sur un total de 3500 travailleurs et travailleuses dans notre pays. « Cette annonce n’est pas acceptable, dénonce Raoul Hedebouw. Les membres du personnel de Sodexo se donnent à fond depuis des années pour des salaires modestes. Au plus fort de la crise du coronavirus, nombre d’entre eux ont fait à manger dans les hôpitaux, le nettoyage et d’autres secteurs de première ligne. Ils font partie des héros de la crise qui ont fait tourner la société pendant le confinement. »

« Grâce à leur engagement, la société réalise aussi des millions de profit depuis plus de 10 ans, ajoute le porte-parole du PTB.(1) L’actionnaire principal est devenu milliardaire. Et, aujourd’hui, on veut se débarrasser de ces hommes et femmes, des ces héros, comme des kleenex ? La baisse du volume d’activités n’est pas une justification suffisante. Les salariés ne sont pas des variables sur un bilan comptable. D’autres solutions existent que les licenciements. »

Le PTB propose la réduction collective du temps de travail. Selon le service d’études du parti de gauche, une semaine de 34 heures avec maintien de salaire permettrait de sauver pas moins de 340 emplois.

Et Raoul Hedebouw d’expliquer : « La crise actuelle est sans précédent. Elle doit nous pousser à revoir les logiciels libéraux démodés. Il faut innover socialement pour maintenir un maximum de gens dans le bateau de l’emploi. C’est pourquoi nous avançons comme alternative pour cette société la semaine de 34 heures sans perte de salaire. Le gouvernement doit tout entreprendre pour faire entendre raison à la multinationale. De grandes entreprises allemandes ont déjà franchi le pas et le syndicat allemand IG Metall en fait une revendication centrale. »

En 2019, Sodexo employait 2873,5 équivalents temps plein (ETP), pour un total de 109193 h/semaine à raison d'une semaine de travail de 38h/semaine. En passant à 34h/semaine, le nombre d'ETP nécessaires pour couvrir le même nombre d'heures totales par semaine est de 3211,5 soit près de 340 ETP en plus. La semaine de 34 heures permettrait donc aujourd'hui de sauver 340 emplois.

Cette alternative est parfaitement finançable au regarde du profit de l’entreprise, estime Raoul Hedebouw : « Jusqu’ici, la multinationale Sodexo a choisi de privilégier les actionnaires. Il serait temps que les travailleurs et travailleuses profitent des richesses qu’ils ont produites. »

  • Entre 2016 et 2019, la filiale belge a économisé 17,5 millions d'euros grâce au tax shift.(2)
  • Entre 2015 et 2019, les actionnaires du groupe ont pu bénéficier d'un retour sur action d'en moyenne +10,7% par an.(3)
  • En 2019, les profits du groupe s'élevaient à 1.2 milliards d'euros et le salaire du CEO avoisinait les 3,6 millions.(4)

Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Suivez le PTB