Sanctions pour l'hôpital qui ferme les urgences par manque de personnel : le PTB exprime son soutien au personnel et demande des mesures structurelles

Manifestation du personnel soignant le 7 décembre 2021. (Photo Solidaire)

Le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (Vooruit) menace de sanctions l'hôpital André Renard qui doit fermer ses urgences en raison de la pénurie du personnel. Nadia Moscufo et Sofie Merckx, toutes les deux députées du PTB au parlement fédéral, réagissent : C’est incompréhensible. Quel signal le ministre veut-il donner à un secteur qui est à bout de souffle ? » Ce soir, à 20 heures, le parti de gauche organise une action de solidarité devant l'hôpital de Herstal.

En raison d'un manque de personnel et de moyens, l'hôpital est contraint de fermer ses urgences pendant trois jours. « Les batteries sont vides, sans revalorisation de la profession, la situation va s'aggraver dans les prochains mois, des mesures structurelles sont donc nécessaires », indique l'hôpital. « Le fait que le ministre réponde à cela par des procès-verbaux est incompréhensible, déclare Nadia Moscufo. Mardi dernier, le personnel soignant est descendu dans la rue pour demander du respect et des investissements. L'hôpital André Renard demande au gouvernement un vrai refinancement. Le ministre pense-t-il vraiment que les pénuries de personnel peuvent être résolues par des sanctions et des PV ? »

La députée de gauche, qui est également conseillère communale à Herstal, manifestera ce soir son soutien devant l'hôpital : « Avec le PTB, nous allons soutenir le personnel. Nous demandons au gouvernement d'arrêter les mesures répressives et d'investir dans des mesures structurelles : augmentation des salaires et possibilité de prendre une retraite anticipée à 60 ans après 35 ans de carrière. Nous devons quadrupler le Fonds Blouses Blanches afin d’engager du personnel. Et il faut plus de personnel d'encadrement administratif et logistique. »

Enfin, Sofie Merckx interpellera le ministre cet après-midi dans la commission Santé de la Chambre : « À l'ordre du jour figure une nouvelle mesure urgente du gouvernement, qui permet de déléguer des actes infirmières à du personnel soignant non formé. Au lieu d'écouter le personnel et de prendre des mesures structurelles, le ministre prend une série de mesures répressives. Il est grand temps de changer de cap. S'il n'y a plus de soignants dans les hôpitaux, qui prendra soin de nous ? »

Rendez-vous à 20h
Rue André Renard 1, 4040 Herstal