.

« Le PTB se réjouit que l’on prenne le taureau par les cornes et il soutiendra toutes les mesures nécessaires en matière de santé », a affirmé Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB, à la Chambre. En même temps, le PTB souhaite rester libre de mener le débat. « Il faut maintenant une voix d’opposition constructive pour que personne ne soit laissé pour compte. »

« Notre société, ébranlée par le coronavirus, fait actuellement face à un défi colossal. Ce virus nous pousse à déployer toute notre humanité en tant que société. Nous avons un immense respect pour le personnel soignant », a déclaré Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB et chef de groupe au Parlement. « Et pas seulement aujourd’hui, mais tout le temps. Pas seulement en paroles mais aussi dans les actes. Avec plus de 240 personnes qui travaillent dans les 11 maisons médicales de Médecine pour le Peuple : des médecins, du personnel infirmier, des réceptionnistes, du personnel administratif ou d’entretien. Sur le terrain, nous disons depuis toujours qu’il faut investir davantage dans les soins de santé. C’est la raison pour laquelle, en novembre dernier, depuis l’opposition, nous avons lancé le Fonds d’urgence pour les blouses blanches, à contre-courant de la volonté politique du moment, contre celles et ceux qui qualifiaient cette mesure de “populiste”. À l’époque, nous avons déjà relayé des témoignages du terrain. Nous le faisons aussi aujourd’hui. »

« On prend enfin le taureau par les cornes. Tant mieux »

Le PTB se réjouit qu’il y ait désormais une ligne de commandement claire, après la cacophonie des dernières semaines, où les différents niveaux de pouvoir se marchaient sur les pieds. « On prend enfin le taureau par les cornes et c’est tant mieux. Je pense que beaucoup de gens sont de cet avis. Ce n’est pas le moment de se livrer à des petits jeux politiques autour de la division du pays », a déclaré Raoul Hedebouw. « Dans ce contexte, nous continuerons également à soutenir toutes les mesures positives et nécessaires pour répondre à la crise sanitaire, comme, par exemple, les budgets supplémentaires demandés pour les soins de santé. »

« Notre voix d’opposition constructive est indispensable »

Raoul Hedebouw indique toutefois ne pas vouloir exprimer une « confiance aveugle » dans le nouveau gouvernement. « Nous évaluerons chaque mesure au cas par cas. Il faut faire confiance aux mesures prises en matière de soins. Toutefois, il n’est jamais bon d’accorder une confiance aveugle à un gouvernement, qui peut faire des erreurs, comme nous le voyons dans le dossier des masques de protection », souligne-t-il. C’est pour cela que le PTB n’accordera pas sa confiance au nouveau gouvernement. « Nous faisons entendre une voix d’opposition constructive qui est indispensable. Cela fait cinq jours que nous demandons que tous les secteurs non essentiels soient mis à l’arrêt. Que nous disent les travailleurs du secteur de la construction ? “On doit, maintenant, construire des bureaux et nous laver les mains ensemble dans un même seau. Ce n’est pas normal.” Les aides-ménagères nous demandent pourquoi elles doivent continuer à aller travailler. Les coiffeurs nous demandent pourquoi ils doivent rester ouverts. Il faut impérativement fermer maintenant tous les secteurs non essentiels et endiguer le virus. Nous voulons pouvoir continuer à pouvoir le dire librement ».

« Rester libres de mener le débat »

En ce qui concerne la question des pleins pouvoirs, le parti de gauche s’abstiendra. « Il va sans dire que des mesures urgentes sont nécessaires au niveau sanitaire pour faire face à cette crise », déclare Raoul Hedebouw. « Il faut pouvoir intervenir rapidement maintenant. Mais ce gouvernement ne demande pas seulement les pleins pouvoirs dans le domaine de la santé, mais aussi par rapport aux décisions économiques et sociales. Ces pleins pouvoirs là, nous ne pouvons pas les lui accorder, ce serait enterrer la possibilité de tout débat démocratique pendant six mois. Or, tout le monde sait qu’il y a en ce moment un débat sur la protection des travailleurs et que nous serons bien vite confrontés à la question de savoir qui paiera la facture de cette crise. Nous voulons pouvoir mener ce débat en toute liberté. Certainement en temps de crise, il est essentiel de pouvoir continuer à contrôler l’action du gouvernement. »

« Notre cœur est avec les travailleurs des secteurs prioritaires. Tout comme notre soutien politique »

Enfin, Raoul Hedebouw souligne que le PTB est et restera constructif : « Nous soutiendrons toutes les mesures nécessaires en matière de santé. Comme nous l’avons toujours fait. Nous voulons gagner le combat contre le coronavirus et veiller à ce que personne ne soit laissé sur le bord du chemin. C’est ce que nous faisons, concrètement. Avec plus de 240 personnes qui travaillent dans les 11 maisons médicales de Médecine pour le Peuple. Comme tous les autres membres du personnel des soins de santé du pays. Et comme tous ceux et celles qui travaillent dans les nombreux secteurs prioritaires aujourd’hui. Notre cœur est avec eux. Tout comme notre soutien politique. »