.

Le PTB demande au comité de concertation de rendre les autotests gratuits et disponibles pour toute la population, afin que les fêtes de fin d'année puissent se dérouler dans les meilleures conditions possibles. « La politique menée actuellement contre le coronavirus est insuffisante, selon Raoul Hedebouw, président du PTB. Au lieu de la politique de yo-yo, où on court toujours après les évènements, on a besoin d’une politique préventive de testing généralisée et ambitieuse. Le gouvernement doit donc mettre des autotests et des tests rapides gratuits à la disposition de l'ensemble de la population dès maintenant, avant les fêtes d'années. C'est tout à fait possible, cela se fait déjà aujourd'hui dans d'autres pays en Europe. »

 

Malgré la couverture vaccinale élevée dans notre pays, la quatrième vague de coronavirus nous frappe durement. La politique actuelle à l’égard de lʼépidémie qui se concentre uniquement sur la vaccination (la troisième dose de rappel et la vaccination des enfants) n'est pas suffisante, surtout maintenant que le nouveau variant Omicron fait son apparition.

« En ce moment, la circulation du virus est élevée, mais de nombreuses personnes infectées ne sont pas ou peu malades, par exemple parce qu'elles ont été vaccinées. Néanmoins, ces personnes peuvent en infecter d'autres. Sans le savoir, elles représentent un danger pour leurs proches et propagent le virus, explique Raoul Hedebouw. C'est pourquoi le testing est d’une importance capitale aujourd'hui. On ne comprend pas que le gouvernement ne s'engage pas davantage dans cette voie. »

Retrouvez notre dossier complet ici.

Le PTB souhaite que les autotests et les tests rapides soient accessibles gratuitement à l'ensemble de la population. C’est déjà le cas au Royaume-Uni, affirme Raoul Hedebouw : « Les Britanniques peuvent se procurer des autotests gratuits chez le pharmacien ou dans les services publics locaux. Ils peuvent aussi en commander en ligne et se les faire livrer gratuitement. »

« Chez nous, dans les supermarchés, ils coûtent désormais 3 à 4 euros pièce. Pour beaucoup de gens et de familles, qui veulent célébrer les fêtes de fin d'année en toute sécurité, ce prix est trop élevé. Nous proposons donc de fournir immédiatement à chacun et chacune deux autotests. Le gouvernement doit créer un cadre positif, qui encourage les gens à se protéger et à protéger leurs proches. Le coût d'une telle mesure est négligeable par rapport à ce que la gestion actuelle de la pandémie a déjà coûté à notre pays. C’est la santé des gens qui doit primer. De plus, le gouvernement peut faire des appels d'offres publics pour réduire le prix des tests », estime le nouveau président du PTB.

Aux yeux de Raoul Hedebouw, une telle politique préventive de testing doit également être déployée dans les écoles. « Il y a déjà eu des projets pilotes, avec des tests salivaires préventifs réguliers dans certaines écoles. Dans ces établissements, les infections étaient détectées efficacement à un stade précoce et des mesures ont pu être prises à temps avant que le virus ne commence à se propager. Cette stratégie est également d’application dans des pays comme l'Allemagne, l'Autriche et la Suisse. En Suisse, on constate que dans les cantons qui appliquent cette approche, les écoles maîtrisent beaucoup mieux les infections. Qu'attendons-nous ? Nous devons nous aussi déployer cette stratégie à grande échelle », dit Raoul Hedebouw. Le PTB souligne que ce système peut également être introduit dans les entreprises où il est nécessaire.

« Nous devons donner aux gens une arme supplémentaire pour se protéger et protéger leurs proches. Les tests rapides et les autotests sont très importants à cet égard », conclut Raoul Hedebouw.