Pour de nombreuses familles qui ont déjà des difficultés à joindre les deux bouts, les frais scolaires sont le coup de grâce. (Photo Flickr)

La rentrée scolaire a eu lieu il y a une semaine. Entre pertes de revenu à cause du coronavirus et coût des fournitures scolaires : de plus en plus de familles ont du mal à joindre les deux bouts. Pour le PTB, la gratuité scolaire est un droit et doit devenir une priorité, pas seulement dans les paroles, mais dans les actes.

La rentrée scolaire a eu lieu il y a une semaine. Entre pertes de revenu à cause du coronavirus et coût des fournitures scolaires : de plus en plus de familles ont du mal à joindre les deux bouts. Pour le PTB, la gratuité scolaire est un droit et doit devenir une priorité, pas seulement dans les paroles, mais dans les actes.

L’école n’est pas vraiment gratuite

À chaque rentrée scolaire se pose la question de la facture pour les familles. Selon l'étude de la Ligue des familles, cette année, la rentrée peut coûter jusqu'à plus de 400 euros par enfant dans le secondaire, par exemple. De nombreuses familles ont des difficultés à payer ces frais. Certaines s’endettent, d’autres rognent sur les budgets nourriture et chauffage.

C’est encore plus dur pour les familles frappées par les conséquences sociales de la crise du coronavirus. Une famille sur deux avec enfants peine à s’en sortir.
Cette situation est inacceptable. Pour le PTB, la gratuité scolaire est essentielle. C’est la garantie d'un accès à tous à un enseignement de qualité. Apprendre ne devrait pas être conditionné par une charge financière.

La gratuité scolaire est d'ailleurs un droit fondamental inscrit dans la Convention internationale des Droits de l'Enfant, que la Belgique a signée en 1992. L'accès gratuit à l'enseignement est aussi garanti par la Constitution belge. Pourtant, dans les faits, l’école n’est pas entièrement gratuite. Certaines écoles se servent même du coûteux voyage scolaire de fin de rhéto pour sélectionner et barrer l'accès aux familles ayant moins de moyens.

La gratuité scolaire : une priorité politique

Le PTB a quatre propositions pour avancer vers la gratuité scolaire : kit de rentrée scolaire gratuit ; fourniture des masques ; suppression de la taxe tartine et interdiction de l’envoi d’huissiers pour dettes scolaires.

1. Un kit de rentrée pour tous les élèves de l’enseignement obligatoire

La veille de la rentrée, le PTB Bruxelles a organisé une récolte et une distribution de kits scolaires pour 60 enfants. Une maman expliquait : « J’ai été licenciée de chez Swissport. Avec quatre enfants et mon mari qui ne travaille qu'à mi-temps, on est dans une situation difficile. Je n'ai pas encore reçu le chômage. »

Une autre maman déclarait : « Mon mari travaille chez Compass, pour les repas au Parlement européen. Mais 500 personnes vont être licenciées, comme chez Sodexo. Il attend un mail pour savoir s'il sera parmi les licenciés ou non. »

« On doit acheter des produits de marque, de la colle Pritt, des crayons couleur Staedtler, des marqueurs Bic, disait un père de famille. Mais ces marques sont très chères ! »

C’est une revendication tout à fait réalisable. Dans la commune bruxelloise de Saint-Gilles, le PTB a mené, en 2018, une campagne en faveur du kit de rentrée gratuit. La campagne a été un succès et, aujourd’hui, les classes reçoivent le matériel nécessaire aux apprentissages.

Pour toutes les années, les écoles devraient pouvoir fournir aux élèves le matériel de base pour apprendre : cahiers, fardes, matériel d'écriture. Le kit de rentrée existe maintenant pour la 1ère et la 2ème années maternelles. Il sera prolongé jusqu'à la 3ème maternelle, mais rien n'est prévu pour la suite. Actuellement, certaines écoles le prennent en charge, d’autres pas.

Nous pensons que l'ensemble des élèves y a droit, comme cela se fait dans les pays nordiques, où chaque élève reçoit tout le matériel nécessaire pour étudier, manuels scolaires compris. Un kit de rentrée permettrait de donner le même départ à tous : un pas en avant vers la gratuité, mais aussi vers l'égalité. C'est aussi faire tomber le poids financier des épaules des familles pour qu'elles puissent se concentrer sur les apprentissages.

Le confinement a mis en lumière la fracture numérique. De très nombreux élèves n’ont pas pu suivre le travail scolaire. Selon une enquête de la FAPEO (Fédération des Associations de Parents de l’Enseignement Officiel), plus d’un jeune sur deux ne dispose pas d’un ordinateur personnel. Cela les a empêchés d’avoir accès aux travaux, aux vidéoconférences, aux contacts avec enseignants et autres élèves, et cela a agrandi les inégalités ! Le PTB n’est pas resté les bras croisés. Les groupes PTB Enseignement de Bruxelles, Anvers et Charleroi ont organisé une collecte, rassemblé et reconditionné chacun une vingtaine d’ordinateurs. Ils ont été livrés à des associations afin qu'ils soient offerts à des jeunes dans le besoin.

2. En cette année particulière, les masques doivent faire partie du kit de rentrée

Le port du masque en secondaire, c'était une des conditions pour revenir à l'école. Il est imposé par les autorités et doit donc être fourni par les autorités. Si l'on opte pour des masques en tissu (en vente dans le commerce à 5 euros la pièce), il s'agit d'une dépense de 50 euros par semaine et par membre de la famille. En effet, il est recommandé de le changer toutes les quatre heures. Selon le même calcul (deux masques par jour), les masques jetables coûtent, eux, 360 euros par personne et par année ! Assia, éducatrice dans une maison de jeunes nous raconte : « Certains parents viennent nous demander de les dépanner en masques. Ils ont parfois trois enfants, tous en secondaire. C'est une dépense impossible à prendre en charge pour certaines familles. »

Suite à une question du PTB, la ministre de l’Enseignement Caroline Désir (PS) a déclaré qu’aucun nouveau masque ne sera fourni. Alors que toutes les classes vont reprendre le chemin de l’école (et pas seulement deux à trois années comme fin mai).

Cette dépense alourdit encore la facture de la rentrée pour les familles et également pour les membres du personnel (équipes éducatives, et personnel administratif et technique). Des masques réutilisables doivent être fournis à tous les élèves et enseignants.

3. Supprimer la taxe tartine et les frais de garderie

Nous nous battons aussi pour la suppression de la taxe tartine. Elle consiste à faire payer les enfants pour pouvoir manger leurs propres tartines à l'école. Dans l'ensemble de la Communauté française, c'est 20 % des enfants qui sont concernés par une taxe tartine allant de 40 centimes à 2,50 euros par jour ! Et à Bruxelles, la moitié des enfants est concernée.

Cette taxe doit être supprimée. Le temps de midi fait partie de la journée scolaire et doit être pris en charge par la collectivité.

4. Interdire l’envoi d’huissiers pour dettes scolaires

Pour récupérer une dette scolaire de 4 euros due par une mère de famille, la majorité communale PS-Ecolo de La Louvière a envoyé, l’année dernière, un huissier de justice, faisant grimper la facture à 611 euros. C'est un exemple de conséquence injuste et malsaine de la non-gratuité scolaire.

Nous refusons l’envoi d’huissiers de justice dans les familles qui n’arrivent pas à payer les frais de garderie et de repas scolaire de leurs enfants. Nous voulons que des assistants sociaux soient envoyés à la place. C'est par le dialogue et la médiation que l'on résout les problèmes, pas par les menaces et l'augmentation des dettes.

La gratuité doit devenir une priorité dans les actes

Le gouvernement doit faire de la gratuité une priorité dans les actes, pas seulement dans les paroles. C’est un élément très important pour diminuer les inégalités qui existent dans les écoles. Le gouvernement dit avoir pris des mesures pour limiter les coûts, notamment pour les maternelles, mais on voit dans l'étude de la Ligue des familles que même cela n'est pas respecté. Si la ministre Désir (PS) laisse faire, elle accepte dans les faits que certaines écoles pratiquent une forme de sélection sociale en réservant l’accès aux enfants des familles qui savent payer la note. C’est inacceptable. Tous les enfants doivent pouvoir apprendre dans des bonnes conditions. Et pour cela, des mesures fortes sont nécessaires.


Montrer 1 réaction

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • Eric Moreels
    a commenté 2020-09-08 10:33:43 +0200
    En Belgique, la scolarité est obligatoire jusqu’à l’âge de 18 ans, quel que soit le régime de scolarité ( jusqu’à 15 ans pour une scolarité à temps plein et de 15 à 18 ans pour une scolarité à horaire réduit ). Jusqu’à l’âge de 18 ans, la scolarité est gratuite uniquement en ce qui concerne le minerval. Les frais relatifs aux effets scolaires sont à charge de l’étudiant donc des parents. Certains établissement scolaires vont même jusqu’à imposer la marque de ces effets scolaires, cela est tout à fait inadmissible. Depuis toujours, une rentrée scolaire demande un budget non négligeable. De nombreuses familles, même en statut précaire, doivent subir ces frais . Il est évident que ces frais de scolarité entraîne, pour de nombreuses familles, une descente vers l’endettement. La crise sanitaire actuelle n’arrange rien sur le plan économique et social. Effectivement, les frais de scolarité relatifs aux effets scolaires, cantines, excursion culturelle, garderie, école des devoirs, … doivent être pris en charge par la Communauté W-B ou par l’établissement scolaire qui impose ces frais. L’inégalité de fonctionnement entre les établissements scolaires est flagrante. Je qualifierais certaines écoles comme étant des écoles “de luxe”, d’autres comme écoles de “classe moyenne” et le reste comme des écoles “bas de gamme”. Ce genre de classement est tout à fait inadmissible. De plus, il existe aussi une inégalité surprenante concernant la qualité de l’enseignement. La qualité de l’enseignement dans une école “de luxe” n’est parfois pas supérieure à celle d’une école “bas de gamme”. Le statut social de l’étudiant ne doit pas être un motif de classification d’un établissement scolaire. Toutes les écoles peuvent avoir des “élites” en leurs murs. Concernant la gratuité totale de la scolarité obligatoire, je pense que ce n’est pas demain qu’elle verra le jour. La Communauté W-B est fortement endettée et l’enseignement comme la culture passent au second plan des priorités budgétaires. Comme depuis toujours, les belles promesses pré-électorales font preuve de mensonges et d’excuses non-fondées. Dans notre pays tout va mal, tant au fédéral qu’au niveau communautaire et régional, rien ne fonctionne correctement. Il n’y a donc aucune raison pour que les responsables de la gestion de l’Enseignement estime nécessaire d’instaurer la gratuité totale de la scolarité. Je pense que cette scolarité totalement gratuite n’existera jamais.

Suivez le PTB