• Foto Flickr / jmenj
  • Photo Flickr / jmenj

Prolonger de 20 années supplémentaires la durée de vie de 3 centrales nucléaires ? Aberrant. « Les centrales nucléaires sont conçues pour une durée de vie de 40 ans », affirme Thierry Warmoes (PTB), membre de la commission Climat du parlement fédéral. « En 2025, Doel 1 et 2 seront en fonctionnement depuis... 50 ans ! »

Le PTB estime que la proposition de prolonger de 20 années supplémentaires la durée de vie de 3 centrales nucléaires dans notre pays est aberrante. Cette idée a été suggérée par le nouveau président d'Electrabel, Johnny Thijs. Selon le parti de gauche, une nouvelle prolongation est irresponsable. « Les centrales nucléaires sont conçues pour une durée de vie de 40 ans », affirme Thierry Warmoes (PTB), membre de la commission Climat du parlement fédéral. « Doel 1 et 2 seront en fonctionnement depuis 50 ans en 2025, tout comme Tihange 1. L'hiver dernier, nous étions à la limite d'un black-out en Belgique, parce que ces réacteurs avaient des problèmes. Et maintenant, Electrabel propose d’utiliser certains réacteurs pendant 60 ans ? Ce n’est pas comme ça qu’on assurera la sécurité d’approvisionnement dans notre pays, bien au contraire. »

Le PTB appelle à ne pas investir dans une prolongation. Selon le Parti du Travail de Belgique, tous les investissements doivent être tournés vers les énergies renouvelables. Il estime que c’est le seul moyen de garantir la sécurité d’approvisionnement sur le long terme.

Warmoes critique aussi Thijs sur la question des coûts. Le président d’Electrabel a affirmé qu’une prolongation de moins de 20 ans ne serait pas rentable. « Monsieur Thijs parle d’un investissement d’1,3 milliard d’euros. Dans un rapport de 2018, le bureau fédéral du plan a calculé qu’une sortie du nucléaire générerait à Electrabel un bénéfice de 850 millions d’euros par an », explique Thierry Warmoes. « Même avec moins de réacteurs, on rentabiliserait cet investissement à très court terme. En 20 ans, on réaliserait même de gigantesques bénéfices. »

Selon le député PTB, Electrabel ne pense qu’à maximiser ses profits, alors que les coûts sont imputés à la collectivité. « Je me demande si les coûts relatifs aux déchets nucléaires sont bien couverts, poursuit Warmoes. Selon un récent rapport de Greenpeace, le traitement de ces déchets coûterait plus de 10 milliards d’euros. Si on décide de maintenir en fonction les centrales nucléaires 20 années de plus, ce montant sera évidemment encore plus élevé. Le fait que monsieur Thijs ne prenne pas ces coûts en considération est assez préoccupant. »

D'après Thierry Warmoes, le risque que le PDG d'Electrabel se trouve des alliés au parlement est bien réel. « Le lobby d’Engie-Electrabel y est très actif, affirme-t-il. Dans le cabinet de la ministre de l'énergie Marghem, ils se sentaient comme chez eux. Au début de l’année 2016, la ministre a élargi les garanties de l’état sur les réacteurs, et fin 2016 ils ont encore trouvé un très beau cadeau fiscal sous leur sapin de Noël. C'est le lobby d’Electrabel qui ralentit la sortie du nucléaire depuis des années. »

Thierry Warmoes estime que l'entreprise met en œuvre une stratégie de sabotage depuis des années. En outre, le plan de la sortie du nucléaire est retardé, car Engie veut prolonger coûte que coûte la durée de vie des centrales nucléaires au maximum. « Avec le PTB,  nous continuerons à nous opposer fermement à cela. L'intérêt général doit passer avant celui des actionnaires d’Engie », conclut-il.


Montrer 3 réactions

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • Dominique Meeùs
    a commenté 2019-10-11 21:35:14 +0200
    Tous les spécialistes du climat sont d’accord : il faut de l’énergie sans carbone, donc avant tout la fission nucléaire et complémentairement toutes les sources renouvelables. Il y a une religion verte qui veut gagner la course contre la montre en sautant sur un seul pied (les sources renouvelables). C’est aller droit dans le mur. On ne peut gagner la course de la crise climatique sans la fission. Autre question, bien sûr, c’est qu’il vaudrait mieux une énergie nucléaire de service public qu’entre les mains d’Electrabel (dépendant d’Engie, dont le métier est en fin de compte le gaz, tant aimé des Verts, donc le CO2).
  • David Busiau
    a commenté 2019-10-08 04:30:22 +0200
    Il reste cinq années pour mettre en service des centrale gaz, le MR au lieu de faire des cadeaux fiscaux et se débiner en laissent un trou de plusieurs milliards dans les caisse de l’état aurais déjà pu entamer le remplacement de ses chancres nucléaires, de même ENGIE-ELECTRABEL et ses filiales pompes à fric privées qui ont engrangé des milliards de bénéfices grâce aux centrales nucléaires et sur le dos du consommateur devaient investir largement dans le remplacement de ses centrales et vers une transition vers le gaz en attendant le développement d’une énergie moins polluante, maintenant c’est encore le citoyen qui va devoir de nouveau payer et voir ses factures d’énergie augmenter grâce au manquement et à l’incompétence des administrateurs privé qui ne voient que les bénéfices à faire sur le dos des intercommunales publiques.
  • fernand soupart
    a commenté 2019-10-07 19:31:01 +0200
    il et fou se mec encore un idiot sur la planete , déjà nos centrale son dans un état lamentable et on veut les prolonger , a mon avis il veule un Tchernobyl 2 s et completement absurde , je veut bien laisser 1 voir 2 centrale en reserve au cas ou mais de la a les prolonger pour 20 ans la je dit mon , or qu il a moyen avec les energie renouvelable tel que éolienne , panneaux , centrale ( turbine a eau ) barrage hydroelectrique , etc , mon il veule la mort des gens sur leur consience

Nous avons besoin de votre soutien