Photo : Belga/BELPRESS

Le porte-parole du PTB, Raoul Hedebouw, a réagi à l’annonce d’un possible plan social chez Proximus : « Le plan (anti) social annoncé chez Proximus est inacceptable. La digitalisation doit servir à soulager le travail, pas à en priver 2000 personnes. »

Pour le parti de gauche, c’est d’autant plus inacceptable que l’entreprise appartient à 53 % à l’État. « L’emploi doit passer avant les profits, certainement dans une entreprise comme Proximus, où les pouvoir publics sont impliqués », poursuit Raoul Hedebouw.

Ces 10 dernières années, Proximus a réalisé plus de sept milliards d’euros de bénéfice.

Le porte-parole du PTB souligne également que Proximus a certainement assez d’argent pour payer ces emplois : « Ces 10 dernières années, Proximus a réalisé plus de sept milliards d’euros de bénéfice. Quant à la CEO, Dominique Leroy, elle gagne 937 000 euros par an, et s’est même plaint, il y a deux ans, qu’elle gagnait moins que d’autres directeurs. C’est là qu’il faut aller chercher l’argent. »

Par ailleurs, pour le PTB, c’est un nouvel épisode qui démontre la faillite de la politique des derniers gouvernements. « Voilà où mène la privatisation progressive des entreprises publiques, et la logique de les gérer comme des entreprises privées, déclare encore Raoul Hedebouw. La politique du "Jobs, jobs, jobs" révèle aussi ce qu’elle est réellement : des cadeaux aux grands actionnaires qui n’entraînent aucune perspective d’emplois durables. »

Le PTB affirme enfin sa solidarité envers les travailleurs de Proximus et soutiendra leur résistance à tout plan social.


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Gardons le contact