Photo Solidaire, Sophie Lerouge

« Certains experts annoncent des factures annuelles pour le gaz et l’électricité à 7000 euros pour une famille moyenne. A juste titre, les gens sont inquiets… et les ministres du Gouvernement wallon ne font rien pour aider l’ensemble des familles. Est-ce pour cela qu’on les paye ? » s’interroge Germain Mugemangango, chef de groupe PTB au Parlement wallon.

Ce mercredi 7 septembre, lors de sa session de rentrée, le Parlement wallon tiendra un débat sur les conséquences négatives des prix de l’énergie pour les ménages et pour les entreprises. Ce sera l’occasion d’analyser la situation et d’avancer des pistes de solutions.

« Sur les réseaux sociaux, nous recevons des témoignages de personnes qui ont vu leurs factures d’énergies doublées, jusqu’à 900 euros par mois. Certains dépensent plus, par mois, pour le gaz et l’électricité que pour la mensualité de leur prêt hypothécaire. Et il y a aussi les indépendants et les PME qui envisagent parfois de se séparer d’une partie du personnel pour faire face au coût de l’énergie », constate le député PTB.

Pour le PTB, le Gouvernement wallon PS-MR-Ecolo est aux abonnés absents dans cette crise énergétique.

« Cela fait près d’un an que les députés PTB ont tiré la sonnette d’alarme en interrogeant, au Parlement, le ministre wallon de l’Energie, Philippe Henry (Ecolo). Mais il faut bien constater que, 12 mois plus tard, il n’y a toujours aucune mesure pour l’ensemble des ménages », affirme Germain Mugemangango. Et il précise :« La seule mesure concrète était la mise en place du tarif social wallon mais celui-ci n’a bénéficié qu’à 3000 personnes au lieu des 40 000 annoncées au départ. En plus de cela, le Gouvernement wallon a décidé d’abandonner cette mesure le 31 août dernier. »

Même si les leviers essentiels sont à l'Europe ou au fédéral, il existe pourtant, au niveau wallon, des solutions pour protéger les familles, selon le PTB.

« La Région wallonne peut diminuer de près de 500€ la facture des familles en réduisant les taxes régionales qui se trouvent sur la facture d’électricité de chacun et en mobilisant les 560 millions d’euros (provenant des recettes du marché carbone européen sur lequel les entreprises s’échangent des droits d’émission de CO2) qui s’accumulent, depuis des années, dans ce qu’on appelle le Fonds Kyoto, explique le député du parti de gauche. Nous proposons également que la Région wallonne mette en place rapidement un moratoire sur les coupures d’énergies pour les ménages. C’est une mesure de protection qui a déjà été mise en place lors de la précédente crise du Covid-19. »

Néanmoins, c’est le Gouvernement fédéral qui a le pouvoir de prendre des mesures plus significatives pour aider les ménages.

« C’est exact. Mais je rappelle que PS, MR et Ecolo siègent aussi bien dans le Gouvernement wallon que dans l’exécutif fédéral et que Elio Di Rupo (PS), en tant que chef du Gouvernement wallon, a participé à la réunion du Comité de Concertation (Codeco) sur l’énergie de la semaine dernière. C’est pourquoi le PTB veut que la Région wallonne pousse le niveau fédéral à appliquer, le plus rapidement possible, un blocage des prix et une taxation des surprofits des entreprises actives dans le secteur énergétique », plaide Germain Mugemangango.