Pas de réforme du financement des partis : la Vivaldi maintient la politique des privilèges

Après des jours de va-et-vient et malgré la belle promesse de l'accord de gouvernement, il n'y aura pas de réforme du financement des partis sous la mandature du gouvernement Vivaldi. Cette information nous est parvenue aujourd'hui, juste avant l'audition du panel de citoyens « We Need To Talk ».

Mercredi 31 janvier 2024

La Vivaldi obtient donc un zéro pointé en renouveau politique. « Financement des partis, indemnités de départ, exonération fiscale de l’indemnité forfaitaire... On nous avait promis que tout cela changerait, mais rien ne bouge », réagit Raoul Hedebouw, président du PTB.

« Depuis plus de trois ans, les partis de la majorité ont eu tout le temps d’agir, mais en réalité, ils se sont surtout préoccupés de déposer des propositions au parlement pour faire taire l'opposition », dénonce Raoul Hedebouw. « Je n'ai pas vu de propositions concrètes du PS, du MR ou d’Ecolo pour diminuer leurs rentrées financières. Au contraire, ils votent toujours contre nos amendements visant à réduire le financement des partis. »

Le parti de gauche rappelle également qu'il a introduit une proposition visant à réduire de moitié toutes les dotations et subventions des partis à tous les niveaux politiques. Lors de la prochaine séance de la commission, le PTB remettra cette proposition à l'ordre du jour.