Impôt de crise sur les grandes fortunes : la proposition du PTB rejetée par les partis traditionnels à la Chambre

« Je ne comprends pas que les socialistes et écologistes, qui prétendent vouloir faire contribuer les plus riches, aient voté comme la droite contre notre proposition visant à taxer les patrimoines de plus de 3 millions d’euros », déplore Marco Van Hees, député fédéral PTB.

Mercredi 12 juillet 2023

Marco Van Hees. Il se tient debout, souriant, dans un cadre majestueux. Il porte un t-shirt noir et un blazer.

PTB

La proposition du PTB prévoit une taxe exceptionnelle (one-shot) de crise de 5 % sur les patrimoines de plus de 3 millions d’euros. Le rendement prévu est de 15 milliards d’euros.

Crise sanitaire, guerre en Ukraine, crise énergétique : la Belgique n’a pas été épargnée par ces crises successives. L’impact sur le budget de l'État et sur celui des ménages s’est fait sentir. « Ce prix a été payé presque entièrement par le monde du travail, par exemple à travers l’augmentation des accises sur l’énergie. Or, les familles belges les plus riches sont exonérées de toute contribution : le seul dispositif mis en place par le gouvernement (la taxe sur les comptes-titres) ne vise pas les plus hauts patrimoines. Ainsi, aucun des 40 milliardaires recensés en Belgique n’est touché par cette taxe », note Marco Van Hees.

Le député fédéral du PTB avait pu obtenir que la commission Finances de la Chambre auditionne l’économiste français Thomas Piketty dans le cadre de l’examen de la proposition du PTB. Celui-ci avait soutenu le dispositif proposé.

« L’enjeu de cette taxe est double, précise M. Van Hees. D’une part, renflouer les caisses des pouvoirs publics pour des investissements publics ambitieux – notamment dans le cadre de la lutte contre le changement climatique et pour améliorer le régime des pensions. D’autre part, enrayer l’explosion des inégalités de patrimoine de notre pays. » En effet, selon Oxfam, le 1 % des Belges les plus riches possède un patrimoine cumulé de 662 milliards d’euros, soit plus que les 3/4 les moins riches de la population.

Le rejet de cette proposition par la Commission Finances de la Chambre étonne Marco Van Hees : « Je ne comprends pas que les socialistes et écologistes, qui prétendent vouloir faire contribuer les plus riches, aient voté contre notre proposition. Comme la droite ! » Le Vlaams Belang et la N-VA ont aussi voté contre le dispositif proposé par le PTB.

Et de conclure : « Nous continuons notre combat pour l’instauration d’une vraie taxe des millionnaires, qui serait permanente. Selon Oxfam, 74 % des Belges se montrent en faveur d’une taxe sur les grandes fortunes. Il ne s’agit d’une mesure qui n’est pas seulement nécessaire, mais aussi très populaire. »