Prendre 40 millions aux services publics ou économiser sur les privilèges des députés et des ministres wallons ?

.

La semaine dernière, le gouvernement wallon a annoncé dans le cadre de son ajustement budgétaire la mise en place d’une économie de 40 millions d’euros via « la maîtrise des dépenses de fonctionnement » des services publics wallons. « En fait, le gouvernement wallon (PS-MR-Ecolo) va encore faire payer les citoyens en s’attaquant aux services publics alors que nous aurions pu trouver une grande partie de cet argent autrement, comme par exemple dans les privilèges des politiques », explique Germain Mugemangango, chef de groupe PTB au Parlement wallon. « Avec le PTB, nous avons fait le travail pour le gouvernement et avons trouvé 75 % de la somme sans même toucher aux services publics. »

En Wallonie, le monde politique a droit à plusieurs avantages qui coûtent annuellement plusieurs dizaines de millions d’euros à la collectivité. « Avec le PTB, nous proposons de réaliser des économies sur ces privilèges. Nous n’acceptons pas la logique de deux poids deux mesures du gouvernement wallon. Depuis des dizaines d’années ils demandent aux travailleurs de se serrer la ceinture, aujourd’hui il est grand temps que ce soit aux politiciens de faire certains efforts », développe le député de gauche.

(Retrouvez le dossier complet ici)

« Avec le PTB, nous proposons de diviser par 2 le salaire des députés et par 3 celui des ministres, ce qui va rapporter 4,4 millions d’euros. Nous proposons également de diminuer la taille des cabinets à 3 membres comme cela se fait aux Pays-Bas. Cette mesure nous permettra d’économiser 24 millions d’euros. Nous proposons également la suppression du privilège des anciens ministres qui gardent des collaborateurs même après la fin de leurs mandats, ce qui rapportera la bagatelle de 816 000 euros à la collectivité. Enfin, nous proposons de diviser par 2 les donations accordées aux partis politiques et groupes politiques. Rien qu’en Wallonie cela permettra d’économiser 4 millions d’euros », conclut Germain Mugemangango.