Pourquoi fermer les ponts sans prévenir ni évacuer la population à Verviers ? Le PTB veut des réponses au conseil communal ce soir

.

« À côté de l’urgence qui existe toujours, beaucoup de gens nous interpellent sur le terrain avec énormément de questions et de colère. Il faut des réponses de la part des responsables politiques », estime Laszlo Schonbrodt, conseiller communal et président du PTB Verviers. Le PTB demande que toute la lumière soit faite là-dessus et sur d’autres questions au conseil communal de ce soir. 

« En premier lieu, les gens ont le droit de savoir ce qui s’est passé et que des mesures soient prises pour l’éviter à l’avenir. Nous demandons que la Ville se porte partie-civile dans l’instruction judiciaire ouverte sur la gestion des barrages. Mais il faut aussi des réponses de la gestion des autorités communales elles-mêmes. Notamment sur la fermeture des ponts dans la nuit de mercredi à jeudi. Qui a donné l’ordre et sur quelle base ? Et surtout, pourquoi n’a-t-on pas informé la population à ce moment-là, ni fait évacuer s’il y avait un danger clair ? » 

Le parti de gauche organise aussi une diffusion du conseil communal ce soir sur la Place du marché à 20h afin que ceux qui le veulent puissent suivre en direct les échanges.

Pourquoi avoir fermé les ponts mais pas informé la population, ni fait évacuer ?

« Mercredi, quand l’eau a recommencé à monter, j’ai voulu fuir de chez moi, nous confie une Verviétoise sinistrée. Mais les ponts de la rue Hombiet et de la rue Marie-Henriette étaient fermés. J’ai dû remonter le sens unique en faisant des appels de phares pour éviter les accidents. » Ce témoignage rejoint d’autres qui montrent que les ponts le long de la Vesdre ont été fermés dans la nuit dans le quartier de Pré-Javais. « Pourquoi avoir fermé ces ponts la nuit alors qu’officiellement, on nous disait toujours de ne pas s’inquiéter ? » demandent les habitants. Qui a pris la décision de fermer ces ponts et sur base de quelles informations ? S’il a été jugé bon de fermer les ponts, pourquoi ne pas décider de prévenir ou d’évacuer la population? Il faut des réponses à ces questions.

La ville de Verviers sera-t-elle partie civile dans l’instruction de justice sur la gestion des barrages ?

La question de la gestion des barrages est sur toutes les lèvres. « Pourquoi n’a-t-on pas été prévenu de ce délestage et de cette vague? » Voici la question qui vit le plus dans les quartiers sinistrés. Pourquoi tous les barrages (notamment celui d’Eupen) n’ont pas été vidés préventivement ? Pourquoi un délestage nocturne entraînant une telle vague sur la ville ? Pourquoi la population n’a-t-elle pas été prévenue ? Les autorités wallonnes n’ont toujours pas fourni de réponses satisfaisantes à ces questions. Mais il faut des réponses, voilà pourquoi le PTB demande à la Ville de Verviers de se constituer partie civile dans l’instruction ouverte sur la gestion des barrages. Une action indispensable pour avoir accès à toutes les pièces, pouvoir demander des devoirs d’enquête et s’assurer d’éventuels dédommagements.

Une bonne communication et la priorité dans le service aux sinistrés

Une préoccupation revient constamment concernant les assurances. « Nous avons l’impression qu’il va falloir se battre pour être indemnisé », nous confient de nombreux habitants. « On ne sait pas ce qu’on doit faire, la Ville dit de mettre tout à rue puis l’assureur nous demande de tout garder. On a besoin d’informations fiables. » Le PTB demande que la Ville envoie des gens sur le terrain pro-activement pour renseigner et accompagner la population dans ses démarches d’expertise, ses demandes vers les assureurs et le Fonds des calamités.

Beaucoup de gens se plaignent aussi de la communication de la ville. « On me dit tout le temps d’aller voir sur Facebook mais je ne sais plus dans quelle langue je dois le dire, nous n’avons plus d’électricité ici. » Voilà ce que nous rapporte un habitant. Son voisin ajoute : « Je ne comprends pas cette décision de ne plus venir chercher les ordures qu’on met sur le trottoir, j’ai encore toute ma cave à vider et j’apprends à 12h qu’on ne viendra plus à partir d’aujourd’hui 16h. C’est impossible de s’organiser. Et tous ceux qui sont en vacances et qui vont rentrer, comment vont-ils faire ? » Le PTB demande une communication claire sur le terrain et la reprise de l’enlèvement des encombrants dû aux inondations.