Privatisation de Voo: pas de commission des pouvoirs locaux ? Le PTB demande alors une commission spéciale au Parlement

Germain Mugemangango, chef de groupe PTB au Parlement wallon.

Suite aux révélations survenues dans la presse il y a quelque jours à propos de la cession de VOO à un fond d’investissement privé, le PTB avait tout de suite demandé la convocation urgente d’une commission des pouvoirs locaux. Cette demande ayant été refusée, le PTB a enclenché une procédure d’urgence pour que le point soit abordé à la séance parlementaire de demain et qu'une commission spéciale soit mise sur pied pour faire toute la lumière sur cette affaire.

« A notre grande surprise, la demande de réunion de la commission des pouvoirs locaux nous a été refusée, explique Germain Mugemangango, chef de groupe PTB au Parlement de Wallonie. Le président du Parlement Jean-Claude Marcourt (PS), se cache derrière des questions de procédure pour reporter bien loin la convocation d’une telle commission. C’est incompréhensible. »

Le parti de gauche veut cette commission pour entendre les principaux responsables à propos de ce dossier. « Nous demandons au minimum l’audition de Valérie De Bue qui, en tant que ministre des pouvoirs locaux, avait la tutelle des intercommunales dans ses attributions », poursuit le député du parti de gauche. « Soit elle savait ce qui se tramait et n’en a rien dit. Ce qui serait grave. Soit elle ne savait pas et ça confirme que le Gouvernement Wallon n’a aucune volonté de contrôler sérieusement Enodia/Nethys et les intercommunales en général. Ce qui serait très préoccupant aussi. C’est pour ça que nous devons savoir. »

Le député du PTB s’inquiète aussi d’un certain consensus que partageraient plusieurs partis. « A lire les journaux, on peut constater que le PS et le MR se servent en fait des recommandations de la commission Publifin pour ouvrir la porte à la privatisation de Voo (et même de Brutélé) », s’inquiète Monsieur Mugemangango. « C’est inquiétant car qui peut croire que nous allons avoir un meilleur service et que nous allons payer moins cher lorsque ces cablô-opérateurs appartiendront à un fonds d’investissement américain ? Pour nous, c’est du patrimoine qui est public et qui doit rester dans les mains des citoyens. Sinon, ce sont les usagers et les travailleurs de ces entreprises qui vont casquer. »

Suite au refus du président du Parlement de convoquer d’urgence la commission des pouvoirs locaux, le parti de gauche ne veut pas baisser les bras. « Nous venons d’enclencher une procédure d’urgence pour que le point soit abordé à la séance parlementaire de demain », explique le député wallon. « Pour que le Parlement, qui en a pleinement le droit, décide de la constitution immédiate d’une commission spéciale pour faire toute la lumière sur ce dossier. Il faut espérer que ces partis qui ont laissé libre cours aux agissements de Stéphane Moreau et consort aient un minimum de cohérence avec les ronflantes promesses de bonne gouvernance qu’ils ont écrites noir sur blanc dans leur tout nouvel accord de gouvernement. J’ose donc espérer qu’ils voteront la constitution de cette commission. »

Et de conclure : « Je veux aussi dire toute ma solidarité à tous les travailleurs de chez Voo et de chez Brutélé qui doivent actuellement se demander de quoi sera fait leur avenir. »

 


Montrer 1 réaction

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • Lizz Printz
    a publié cette page dans Actualités 2019-09-15 16:31:58 +0200

Nous avons besoin de votre soutien