Photo : Solidaire

Une nouvelle étude du PTB confirme que la Belgique a les pensions quasiment les plus basses de l'Europe occidentale. La différence va jusqu'à 49 %. Pour le PTB, une bonne pension légale est une nécessité. Le parti veut relever la pension à 75 % du salaire moyen au lieu de 60 %, et la pension minimum à 1 500 euros nets, et non pas bruts.

Un travailleur qui, dans notre pays, a gagné le même salaire et a travaillé la même durée de 40 ans qu'un travailleur dans nos pays voisins touchera une pension considérablement plus basse que ce dernier. C'est ce que montre le nouveau calcul de l'écart de pension entre la Belgique et ses pays limitrophes.

Découvrez l’étude complète ici.

Un exemple concret. Marc, 63 ans, a travaillé de 1979 jusque fin 2018 et a pris sa pension début 2019. En Belgique, Marc touche aujourd'hui une pension de 1 240 euros par mois. En Allemagne, il aurait 1 365 euros par mois, en France 1 705 euros, au Luxembourg 1 841 euros, et aux Pays-Bas 1 815 euros (AOW plus assurance-pension).

« Un travailleur qui a presté exactement le même nombre d'années et a gagné un salaire identique touche donc une pension plus élevée de 10 % en Allemagne, de 38 % en France, de 46 % aux Pays-Bas et de 49 % au Luxembourg. Et en Autriche, l'écart par rapport à la Belgique monte même jusqu'à 54 % », explique Peter Mertens, président du PTB.

Une législation défavorable

« La cause de cet écart de pension n'est pas dû au fait de travailler plus ou moins longtemps, précise Peter Mertens. La cause, c'est la législation en matière de pension pour les salariés et les indépendants. Celle-ci est très défavorable dans notre pays. En Belgique, la pension d'un salarié ou d'un indépendant équivaut à 60 % de son salaire moyen à condition d'avoir travaillé 45 ans. En France, la pension d'un travailleur est égale à 75 % du salaire des 25 meilleures années. En Autriche, c'est même 80 % du salaire des 15 meilleures années. »

Et l'écart de pension entre la Belgique et ses pays voisins se creuse encore davantage. La raison : la suppression du bonus de pension par le gouvernement Michel et les coupes dans la constitution des droits de pension au cours des périodes assimilées comme l'interruption de carrière, le crédit-temps, le chômage et la prépension.

« Une bonne pension légale est une nécessité, souligne Peter Mertens. C'est ce que veulent la majorité des Belges, comme l'ont montré des enquêtes de iVox. Les pensions légales sont moins chères, plus sûres et moins inégalitaires. Et elles sont aussi tout à fait payables, comme le prouvent nos pays voisins. »

C'est pourquoi le PTB veut relever les pensions légales pour les salariés et les indépendants à 75 % du salaire moyen. Pour les personnes qui ont travaillé 45 ans (hommes) ou 40 ans (femmes), le PTB veut une pension minimum de 1 500 euros nets par mois.

Suivez le PTB