.

Le personnel soignant est en colère. La ministre de la Santé, Maggie De Block, vient en effet de publier deux arrêtés concernant la réquisition du personnel soignant et la délégation d’actes infirmiers à du personnel non infirmier. Sans concertation, et alors que le personnel soignant est sur le pont depuis des semaines pour sauver des vies, confronté à la pénurie de matériel et au manque de tests. « Il s’agit d’une décision inacceptable et qui montre le mépris de la ministre envers le personnel soignant » réagit Sofie Merckx, médecin et députée PTB.

Ces deux arrêtés royaux ont fait l’effet d’une bombe dans le secteur des soins de santé. Le premier permet en effet de réquisitionner le personnel soignant en cas de nécessité. Concrètement, cela signifie que les travailleurs, déjà épuisés, pourraient être rappelés sur leur temps de repos pour pallier les pénuries de personnel dans d’autres institutions. Le deuxième arrêté prévoit que des actes infirmiers pourront désormais être effectués par du personnel non-infirmier, sans clarté ni garantie concernant les conditions de délégation et de responsabilités, tant pour le médecin ou l’infirmière qui aura délégué les soins que pour le personnel non infirmier qui prestera ces actes. Ces arrêtés ont été décidés en accord avec tous les partis qui soutiennent le gouvernement et les pouvoirs spéciaux (libéraux et démocrates-chrétiens, mais aussi N-VA, socialistes et écologistes).

Yves Hellendorf, secrétaire national du secteur non marchand pour la CSC : « Ce personnel, qui s'est motivé et qui a été flexible, reçoit des coups de couteau dans le dos de la part de la ministre. D’une part, elle leur dit : "Attention vous êtes des lâches, si jamais vous ne voulez pas vous mettre au service de la population, on viendra vous chercher avec un bâton." Ça, c'est de la réquisition. Et le deuxième message, c’est : "Après tout, n'importe qui pourrait venir travailler à votre place. »

Nathalie Lionnet, secrétaire fédérale du secteur non-marchand à la FGTB (Setca), dénonce elle aussi ces décisions à la fois inutiles et contre-productives, qui augmentent le stress chez des travailleurs exténués, sous tension et désabusés par la gestion de la crise, qui n’ont pas attendu la ministre pour être solidaires et monter au créneau.

Alors que l’heure devrait être à la concertation, la ministre et le gouvernement prennent une fois de plus des décisions en déconnexion totale avec les besoins du terrain. Alors que l’heure devrait être au soutien et à la reconnaissance des travailleuses et travailleurs de la santé, qui se sont déjà largement surpassés lors de cette crise, la ministre vient avec des mesures de réquisition du personnel soignant, sanctions pénales à la clé. Alors que l’heure devrait être à la revalorisation du métier, la ministre veut forcer le personnel non-infirmier à exécuter des tâches infirmières, sans compensation salariale, ni formation et en laissant le flou sur les questions de responsabilité.

Maggie De Block se défend en disant que « gouverner, c’est prévoir » et que ces deux arrêtés ne seraient utilisés que pour pallier une extrême urgence. Cherchez l’erreur. Sofie Merckx, médecin et députée PTB réagit : « Malgré nos demandes répétées, le gouvernement n'a jamais réquisitionné ni masques, ni réactifs pour les tests... mais, aujourd'hui, Maggie De Block se précipite pour réquisitionner des infirmières. Quel mépris vis-à-vis de notre personnel soignant, qui a pourtant toujours répondu présent et s’est donné à 200 % pour affronter la crise sanitaire malgré le manque de moyens de protections ».

Pour le PTB c’est clair : ce dont on a besoin aujourd’hui c’est de protéger nos soignants pour qu’ils ne tombent pas malades, c’est d’avoir du matériel de protection suffisant pour les équipes en première ligne et la population. « Nous sommes aux côtés du personnel soignant, et nous soutenons ses demandes. Il est plus que jamais nécessaire d’investir pour des soins de santé publics forts et correctement financés », conclut Sofie Merckx.

 


Montrer 5 réactions

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • Evelyne Remacle
    a commenté 2020-05-11 12:58:10 +0200
    En effet, nous ne leur dirons pas merci. Faudra une bonne fois pour toute les faire tomber de leur piédestal le jour où l’on retournera aux urnes. Que l’ensemble des Belges comprenne une bonne fois pour toute “qui sont ces gens qui nous gouvernent” !
  • fernand soupart
    a commenté 2020-05-11 11:01:41 +0200
    debloc nous a menti sur toute la ligne , soit disant s et une petiite grippet elle et meme pas capable de s informer sur la nature du virus , et elle a la prétension de dire quel et docteur , allez toi moi je la foutrez aux ervice dan une unite covid 19 elle verrai e que s et , mais pour moi seul chose dire faut qu elle demisionne de son poste elle a plus rien foutre la , encore une chose un grand bravo a tous les gens infirnier , médecin , urgentiste et autre qui se son sacrifier pour aider les gens dans la détresse , pour moi se son nos héro de notre pays et auron bien merite leur repos aprés l la pendemie encore bravo a eux , mais j en dirait pas autant de notre gouvernement qui a fait betisse sur betise désoler mais il on cafouiller et merder a eux je dirait pas merci
  • Gregory Schotte
    a commenté 2020-05-10 23:01:23 +0200
    Mais dans quel monde on vit.
    Je n’en reviens pas de ce qui se décide.
    Fouter la elle au urgence elle est médecin non…
    Elle verra au moins le travail accompli.
    🤬🤬🤬🤬🤬🤬🤬🤬🤬
  • Lo Ha
    a commenté 2020-05-09 15:54:20 +0200
    Honteux, gouverner c’est donc ça, un certain roi s’est fait guillotiner pour moins que ça. Laurent Haesaerts
  • Evelyne Remacle
    a commenté 2020-05-08 21:49:32 +0200
    Ce gouvernement est à vomir … La 1ère M. fait un pseudo mea culpa et accepte de reconnaître quelques erreurs dans la gestion de la crise sanitaire, tout en s’empressant d’affirmer que tout est “perfectible”… Pour que les actions du gouvernement aient été perfectibles, il aurait déjà fallu qu’elles aient eu lieu (et en temps utiles) et qu’elles aient été au moins satisfaisantes; on aurait pu s’en contenter bon gré mal gré, contraints par certaines circonstances atténuantes. Mais les politiques n’ont RIEN fait lorsqu’il aurait fallu (alors que les prémisses de cette grave crise sanitaire s’annonçaient depuis longtemps), l’inaction de ces politiques a notamment entraîné une situation paroxystique dans les maisons censées tenir à l’abri nos aîné(e)s. Alors, non, rendre perfectible un chaos, c’est impossible, Mme la 1ère M., ce n’est qu’un bel mais non moins triste exemple d’oxymore …

    Plus on avance dans la crise sanitaire, plus les mesures de ce gouvernement sont pitoyables et traduisent à suffisance l’état d’esprit des politiques qui nous gouvernent :

    Réquisitionner les personnes comme de vulgaires objets, les presser comme un citron, jusqu’à la dernière goutte, voilà le merci au personnel médical qui s’est déjà dévoué corps et âme sans compter. Les personnes qui nous soignent, parfois au-delà des limites soutenables, ont surtout besoin de matériel en suffisance, de périodes de repos suffisantes, et de respect de la part de tous, et ce y compris (je dirais : surtout) de la part des politiques car c’est leur incompétence qui les ont mis dans le pétrin, leur manque de prévoyance et une gouvernance hautement défaillante. Pas besoin de personnes qui dansent la samba tous les jours à 20 heures et qui semblent faire la fête. Que doivent ressentir ces gens qui rentrent chez eux fourbus, après avoir côtoyer toute la journée la souffrance, la détresse et la mort, bien au-delà de ce qu’ils ont l’habitude de vivre au quotidien en temps “normal”. Certes, cela part de bons sentiments de la part de la population, mais les soutenir en écrivant tous au gouvernement qu’on n’est pas d’accord avec des arrêtés visant à réquisitionner le personnel médical ou à permettre à du personnel non infirmier d’exécuter des activités infirmières dans le cadre des institutions de soins, ce serait une action citoyenne qui prouverait un réel soutien de la population.

    Que Maggie Débloque propose ses propres services, n’est-elle pas médecin de formation ? N’a-t-elle pas en son temps prêté le serment d’Hippocrate figurant ci-dessous ? (version 2011). Il semblerait qu’elle lui préfère maintenant le serment d’Hypocrite… Comment avoir pu un jour souscrire aux valeurs de ce serment et maintenant les piétiner allègrement ?

    “Au moment où je deviens membre de la profession médicale, je m’engage à œuvrer de mon mieux pour une médecine de qualité, au "service des personnes et de la société.
    “J’exercerai la médecine avec conscience et application.
    “Au service de mes patients, je favoriserai leur santé et soulagerai leurs souffrances.
    “J’informerai correctement les personnes qui font appel à mes soins.
    “Je garderai les secrets appris du fait de la pratique de ma profession et les confidences faites par mes patients, même après leur mort.
    “Je tiendrai mes professeurs et tous ceux qui m’ont formé en haute estime pour ce qu’ils m’ont appris.
    “J’actualiserai mes connaissances, ne dépasserai pas les limites de mes compétences et je contribuerai autant que possible au progrès de "la médecine.
    “J’utiliserai de manière responsable les moyens que la société met à disposition et j’œuvrerai pour des soins de santé accessibles à tous.
    “J’entretiendrai des rapports collégiaux avec mes confrères. Je serai respectueux envers mes collaborateurs.
    “Je veillerai à ce que des convictions politiques ou philosophiques, des considérations de classe sociale, de race, d’ethnie, de nation, de "langue, de genre, de préférence sexuelle, d’âge, de maladie ou de handicap n’influencent pas mon attitude envers mes patients.
    “Je respecterai la vie et la dignité humaine.
    “Même sous la pression, je n’admettrai pas de faire usage de mes connaissances médicales pour des pratiques contraires à la dignité "humaine.
    “Je fais ces promesses solennellement, librement et sur l’honneur.

    NE RESTONS PAS PASSIFS, INDIGNONS-NOUS, FAISONS ENTENDRE NOTRE VOIX !
    L’avenir deviendra ce que NOUS VOULONS qu’il soit !

Nous avons besoin de votre soutien