Nethys : le PTB s’oppose à la volonté de la majorité MR-PS-Ecolo de nommer 3 grands patrons à la tête de Nethys

Germain Mugemangango. (Photo Belga)

« Ce n’est vraiment pas rassurant, estime Germain Mugemangango, chef de groupe du PTB au Parlement wallon. Le gouvernement wallon ne tire pas de leçon de ce qu’il s’est passé. Il nomme encore le même genre de personne que Stéphane Moreau ou François Fornieri à la tête de Nethys. »

Le gouvernement wallon souhaite en effet mettre à la tête de Nethys un trio de capitaines d’entreprise : Laurent Levaux, ancien président du CA d’Aviapartner, Jean-Pierre Hansen, ex-patron d’Electrabel et Bernard Thiry, ancien numéro 1 d’Ethias.

« Ce sont des choix qui semblent préparer la vente et la privatisation des composantes de Nethys, selon le porte-parole du parti de gauche. Jean-Pierre Hansen est l'ancien patron d'Electrabel, or Elicio produit de l'énergie renouvelable. Laurent Levaux est président d'Aviapartner, une société aéroportuaire, or Nethys est propriétaire de 50 % de l'aéroport de liège, et siège au conseil d'administration de Proximus, qui, comme Voo, est une entreprise de télécommunication. Il est aussi candidat au rachat de vers l'avenir (le journal qui appartient à Nethys). Quant à Bernard Thiry, il est l'ancien dirigeant de la société d'assurance Ethias, or parmi les filiales de Nethys se trouve Integral, une société d’assurance, et de NRB, un candidat acquéreur de Win. Je comprends mieux pourquoi les partis de la majorité ne voulaient pas prendre position contre la privatisation de ces composantes. »

En effet, durant la séance plénière au Parlement de Wallonie qui s’est déroulée ce mercredi, les partis de la majorité ont voté contre la demande d'urgence introduite par le PTB afin de voter une résolution s'opposant à toute privatisation de Voo, Elicio, Win et Brutélé. « Dans la presse, on entend certains socialistes et Ecolo soi-disant s'opposer aux privatisations, mais, dès qu'il s'agit de voter clairement, il n'y a plus personne, dénonce Germain Mugemangango. On comprend mieux pourquoi. »

« Ce qui ne rassure pas non plus, poursuit Germain Mugemangango, c’est de voir que la majorité du CA d’Enodia refuse de soutenir les décisions prises par le ministre de casser les ventes d’Elicio, Win, Voo et Brutélé. C’est la raison pour laquelle nous avons demandé aujourd’hui au ministre socialiste des Pouvoirs locaux, Pierre-Yves Dermagne, l’envoi d’un commissaire spécial qui serait chargé de protéger les intérêts des citoyens en cassant la vente, en licenciant Stéphane Moreau et sa clique, sans parachute doré, en cassant le mandat de privatisation donné par le CA d’Enodia à Nethys en décembre 2018 et en se battant contre la privatisation des composantes de Nethys. Malheureusement, cette demande a été refusée par le ministre socialiste. »

« Pourtant les gens veulent voir enfin des actes posés pour empêcher le hold up en cours, conclut Germain Mugemangango. Avec le PTB, nous continuerons à taper sur la table et à mobiliser les gens pour protéger ces bien publics, notamment demain au conseil d’administration d’Enodia. »


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Nous avons besoin de votre soutien