Photo PTB

Le PTB et Médecine pour le Peuple ont organisé une action cet après-midi au siège de Pfizer. « Le vaccin est là, partageons-le », réclamaient les participants. Le parti de gauche estime qu'il est temps de rendre publique la technologie des vaccins. « Nous avons besoin de plus de vaccins rapidement, a déclaré Marc Botenga, député PTB au Parlement européen. C'est une course contre la montre. Si Pfizer partage son brevet maintenant, on pourra produire rapidement beaucoup plus de vaccins. »

La campagne de vaccination est en perte de vitesse en Belgique. Dans le monde entier, des milliers de personnes meurent chaque jour. « Plus vite nous lèverons le droit de brevet, plus vite nous pourrons accélérer la production de vaccins », a-t-il ajouté. Il a porté le même message ce matin au Parlement européen. « La firme Pfizer annonce 30 % de bénéfices sur le vaccin. Pourtant, elle refuse de partager sa technologie. C'est inadmissible. »

Ce matin, on a appris qu'il y avait un sérieux problème de livraisons du vaccin, du côté des producteurs. Moderna, par exemple, ne fournira aucun vaccin à notre pays au cours des deux prochaines semaines. Pour Astra Zeneca, « il n'y a pas de sécurité d'approvisionnement ». Pfizer et AstraZeneca ont retardé leurs livraisons à l'Union européenne.

Marc Botenga réagit : « Tout cela rend la levée de la propriété intellectuelle d’autant plus urgente. De nombreuses vies sont en jeu. Les brevets limitent la disponibilité du vaccin, en permettant à une ou quelques entreprises de conserver des droits de monopole sur la production. Aucun fabricant de vaccins ne dispose aujourd'hui d'une capacité de production suffisante. Dans de nombreux pays pauvres, seule une personne sur dix pourra être vaccinée cette année, selon Oxfam. Aucune dose de vaccin n'a encore été administrée dans 130 pays. Cela ne peut plus durer. »

Marc Botenga déclare : « Bien sûr, nous avons besoin de la production de Pfizer et d'AstraZeneca, entre autres, et les coûts de production réels doivent être indemnisés. Mais les dividendes ne devraient pas primer sur la santé. L'Union européenne et les gouvernements nationaux ont investi des milliards dans le vaccin. Nous avons même assumé le risque d'investissement. Nous devrions donc pouvoir également fixer des conditions sur les brevets. »

Le débat fait rage au niveau international. Il sera à l’ordre du jour de l'Organisation mondiale du commerce à la fin du mois de février. L'OMS a mis en place un mécanisme de partage de la technologie des vaccins. Mais les entreprises n'étaient pas tenues de partager leur technologie, même si celle-ci avait été développée avec des fonds publics. En conséquence, le mécanisme de l'OMS est resté une coquille vide.

Le PTB et Médecine pour le Peuple appellent la Commission européenne et le gouvernement belge à agir maintenant. Marc Botenga : « Faisons entrer le vaccin dans le domaine public, à l’instar du vaccin contre la polio à l'époque. De cette façon, nous augmenterons rapidement la production dans le monde entier, et cesserons de subventionner les dividendes des actionnaires. Nous éviterons ainsi des décès inutiles du Covid et, ensemble, nous sortirons plus rapidement de la pandémie. » L'initiative citoyenne européenne #Pasdeprofitsurlapandémie appelle également la Commission européenne à suivre cette voie.

Suivez le PTB