.

« Nous voulons que les indemnités pour les fonctions spéciales soient tout bonnement supprimées », explique le chef de file du PTB au Parlement wallon, Germain Mugemangango. Il estime en effet qu’il n’y a aucune raison valable pour que les parlementaires faisant partie du Bureau du Parlement aient une rémunération supplémentaire. « C’est-ce que nous allons défendre à la réunion de Bureau qui se tiendra ce jeudi matin. »

Pour rappel, suite aux révélations concernant les importantes dépenses pour deux chantiers engagés par le Parlement wallon et le voyage à Dubaï pour un montant de 19 000 euros, qui a mené à la démission de l'ancien Président du Parlement, Jean-Claude Marcourt (PS), et des anciens membres du Bureau, une nouvelle équipe s’est constituée, avec l’opposition. Ce nouveau Bureau a entamé son travail de réforme des contrôles financiers des dépenses du Parlement wallon. Ce jeudi matin se tiendra une réunion de cette instance qui évoquera entre autres la question des rémunérations des membres du Bureau.

« Les députés qui siègent au Bureau reçoivent une rémunération en plus de leur salaire de parlementaire. C’est 1000 euros en plus par mois pour chaque membre et même plus de 5000 euros par mois en plus pour le président du Parlement. Il touchera donc 12 000 euros par mois, explique le député de gauche. Les parlementaires gagnent entre 6 000 et 7 000 euros par mois, c’est déjà bien assez. Il n’y a aucune raison qu’une poignée de députés puissent obtenir de telles rémunérations supplémentaires. »

« Si les membres du bureau et son président veulent donner un signal de renouveau dans la gestion financière du Parlement wallon, ils devraient commencer par renoncer à ces sursalaires qui ne feront que continuer à toujours plus les déconnecter du niveau de vie des travailleurs et des travailleuses de notre région », conclut Germain Mugemangango.