Photo Judge Pera / Flickr.

Le gouvernement prépare un nouveau projet d’arrêté ministériel élargissant pour la troisième fois en quelques jours la liste des secteurs essentiels. Parmi les secteurs ajoutés à cette liste, on retrouve « l’industrie de sécurité et de défense ». Le PTB est choqué par cette modification.

« La production d’armes est-elle vraiment plus essentielle que la santé des travailleurs et travailleuses du secteur, de leur famille et de leur environnement ? », s’interroge Raoul Hedebouw, porte-parole du PTB. Et d’ajouter : « Il n’y a aucune urgence à produire des munitions pour des armes. Il y a urgence à produire des masques, du gel désinfectant et des respirateurs. Des choses permettant de sauver des vies ».

Pour rappel, les entreprises de ces secteurs reconnus comme essentiels ne sont pas tenues de respecter les règles sanitaires élémentaires, comme la distanciation sociale.

Le PTB avait déjà dénoncé le caractère beaucoup trop large de la liste des secteurs essentiels. « Selon notre service d’études, cette liste regroupe plus de deux tiers des travailleurs du privé. Et certains, parmi le grand patronat, veulent apparemment encore élargir cette liste », dénonce Raoul Hedebouw.

Pour le parti de gauche, la santé doit primer sur toute autre considération. Les règles sanitaires élémentaires doivent être respectées dans un maximum d’entreprises et les secteurs non-essentiels doivent être mis temporairement à l’arrêt : « Mettre temporairement à l’arrêt ce qui n’est pas essentiel pour concentrer les moyens sanitaires sur ce qui est vraiment essentiel, tel devrait être la philosophie d’action du gouvernement. Il manque des masques et autres moyens sanitaires dans les hôpitaux, les maisons de repos, les magasins, dans l’industrie alimentaire, dans nos prisons, dans les institutions de soin, etc. C’est là qu’on doit prendre des mesures sanitaires urgentes », conclut Raoul Héedebouw.


Soyez le premier à commenter

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.

Nous avons besoin de votre soutien