Action des aides-ménagères : « Ils rachètent leurs concurrents et versent des dividendes, mais n’auraient pas d’argent pour augmenter les travailleuses ? »

Photo Solidaire.

Dans la plupart des secteurs, une augmentation salariale de 1,1 % est prévue, en conformité avec la norme salariale 2019-2020 négociée entre patrons et syndicats. Mais dans le secteur des titres-services, certaines grandes entreprises trouvent que c’est trop. Pas question de se laisser faire, pour les aides-ménagères, qui ont mené des actions ces 10 et 12 décembre.

Les aide-ménagères gagnent en moyenne 1 000 euros pas mois. Elles s’usent au travail pour 11,50 euros de l’heure. À ce niveau-là, 1,1 % n’est pas tellement énorme pour les patrons, mais peut faire une grosse différence pour la fin de mois des travailleuses. Cependant, des entreprises comme le groupe Daenens (détenteur de DienstenAanHuis) et Trixxo ne veulent concéder que 6 centimes brut de l’heure, ou 0,65 %, d’augmentation.

C’est trop peu. Certainement quand on sait que cette augmentation de salaire est la seule manière pour les aides-ménagères de faire monter leur salaire : « Nous n’avons pas d’ancienneté, expliquent-elles. Après trois ans de travail, notre salaire est gelé. Bien que nous fassions des journées de 12 heures, nous n’en sommes pas récompensées. »

Mardi 10 décembre, 150 aide-ménagères ont mené une action à Bruges, au siège central de DienstenAanHuis, une des plus grosses entreprises de titres-services du pays.

Jeudi 12 décembre, une deuxième action a suivi à Hoeselt, dans le Limbourg. Des délégations du reste de la province, mais aussi d’Anvers et de Charleroi y ont manifesté chez Trixxo, un autre géant du secteur qui rejette l’augmentation de salaire justifiée des aide-ménagères.

« Nous voulons un salaire décent, racontait une manifestante. La plupart d’entre nous se plaignent de douleurs des muscles, des articulations et même des poumons du fait de l’exposition à des produits d’entretien toxiques. C’est un métier pénible. Mais aussi fortement sous-payé ».

« Nous n’avons pas d’argent », pleurnichent les patrons. Mais ça, pas une aide-ménagère ne le croit.

« Des mastodontes comme DienstenAanHuis et Trixxo reçoivent des subsides des autorités et font des bénéfices énormes, dénonce une autre manifestante. Ils achètent tous leurs concurrents plus petits et distribuent des dividendes à leurs actionnaires. Et il n’y aurait pas d’argent pour une augmentation de salaire de leurs travailleurs ? »

Le PTB exige, à l’instar du front commun syndical, du respect pour les aides-ménagères. Le parti de gauche soutient leur lutte pour une augmentation de salaire méritée et pour le respect de leur travail pénible.


Montrer 1 réaction

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • fernand soupart
    a commenté 2019-12-13 20:05:40 +0100
    les patron du groupe groupe Daenens et Trixxo son des voleurs , il save que le grand patron de la feb et derrier eux alors il en profite quand je vois des nettoyeuese qui son au boulot toute la journer parfois dans des conditions déplorable elle on du courage , pour moi elle merite beaucoup plus pour moi s et pas 1,1% qu il faut leur donner s et 5% ? J éspere que elle vont réussir a avoir leur 1,1% voir plus courage madame et lacher rien

Nous avons besoin de votre soutien