Photo Stratoswift/Wikimedia.org

Le PTB, par la voix de sa députée fédérale Maria Vindevoghel, a demandé au ministre de la Mobilité présent aujourd’hui en commission de relancer la collaboration entre bpost et la SNCB. Le transport et la distribution de colis par le rail est le chemin le plus durable et fiable...

Maria Vindevoghel (PTB) a proposé aujourd’hui en Commission mobilité au Parlement, à l’occasion de l’exposé d’orientation politique du ministre fédéral de la Mobilité Georges Gilkinet (Ecolo), de relancer la coopération entre bpost et la SNCB afin de transporter et de distribuer les colis de manière plus durable et plus fiable. « Cela devrait être dans la logique d’un ministre écologiste, nous espérons donc une réponse positive de Georges Gilkinet pour la SNCB et de Petra De Sutter (ministre de la Fonction publique, Groen) pour bpost », déclare la députée PTB.

Jusqu’en 2003, bpost et la SNCB ont travaillé ensemble pour distribuer les colis postaux.

Les derniers trains postaux en circulation démarraient des centres de tri postal d’Anvers, Gand, Liège et Charleroi, pour se rendre à Bruxelles. Le train postal est arrivé à son ultime terminus lorsque ABX Logistics, la branche logistique de la SNCB, a été mise en vente. Les entreprises privées de fret ferroviaire n’ont pas repris ces activités. Elles n’étaient peut-être pas suffisamment rentables, suppose le PTB.

En moins d’une heure, les wagons étaient déchargés et de nouvelles marchandises étaient chargées. Puis le tout repartait vers la destination suivante. La plupart des trains qui se rendaient à Bruxelles étaient chargés en début de soirée et avant une heure du matin. Outre les cinq grands centres de tri postal, on pouvait également voir des trains postaux assurer des liaisons pendant la journée avec d’autres points de collecte.

En 2003, la collaboration avec la SNCB a pris fin, et ce transport a été repris par des camions et des camionnettes. Aujourd’hui, des distributeurs de colis de bpost se trouvent dans des gares. Ceux-ci sont remplis par des salariés de bpost, qui doivent se déplacer en camionnette.

« C’est une période très chargée pour bpost. Le personnel souffre de la charge de travail. C’est pourquoi nous devons oser chercher des solutions alternatives, estime Maria Vindevoghel. Une chose est déjà certaine : les achats en ligne persisteront, et cela signifie plus de colis. Il ne faut pas que cela entraîne une augmentation du trafic sur les routes. Le train postal peut remédier à ce problème, à plus long terme. »

« Si les écologistes veulent respecter l’accord de gouvernement et doubler le transport ferroviaire de marchandises à l’horizon 2030, alors on peut commencer par nos propres entreprises publiques, et remettre les trains postaux sur les rails, explique Maria Vindevoghel. Permettre de récupérer un colis au guichet de la gare, en rentrant chez soi ou sur le chemin du travail, c’est une mesure logique. »

Suivez le PTB