.

À chaque rentrée scolaire se pose la question de la note à payer par les familles, qui pèse lourd sur leur budget. La toute récente étude de la Ligue des familles sur les fournitures scolaires vient encore de le montrer. Pour y remédier, le PTB propose un kit de rentrée gratuit, en commençant par tous les enfants de maternelle et primaire. « Ce serait un pas concret important vers la gratuité réelle de l’enseignement », estime Alice Bernard, cheffe de groupe PTB au Parlement de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Le PTB interpellera le gouvernement à ce sujet lors de la séance plénière prévue ce mercredi 19 août après-midi.

« Les familles les plus pauvres sont les plus impactées par la crise sanitaire et économique. Dans ce contexte, il est d'autant plus important d'offrir une gratuité scolaire, tant au niveau des fournitures que des autres frais », poursuit Alice Bernard. 

Dans la commune bruxelloise de Saint-Gilles, le PTB a mené en 2018 une campagne en faveur du kit de rentrée gratuit. Cette revendication était ressortie menée auparavant par le parti de gauche. La campagne a été un succès et, aujourd’hui, les classes reçoivent le matériel nécessaire aux apprentissages. « Les fardes, cahiers, crayons, gommes, stylos sont désormais fournis par la commune aux écoles communales, explique la députée du PTB. Les écoles ne doivent donc plus le demander aux parents. »

La récente étude de la Ligue des familles montre que les parents paient en moyenne 234 euros pour un enfant fréquentant l’école primaire et 406 euros pour les enfants en secondaire, rien que pour la liste des fournitures de septembre. À cela s'ajoutent les frais d'accueil extra-scolaire, les sorties sportives et culturelles, les voyages scolaires.

Par ailleurs, la ministre de l'Éducation, Caroline Désir (PS), estime que les parents peuvent s’adresser à la ligne de plainte pour les frais abusifs. Mais, selon le PTB, il faudrait que l'administration ait elle-même une attitude proactive en la matière. « Nous soutenons dès lors la proposition de la Ligue des familles qui demande une inspection externe », ajoute Alice Bernard.

La gratuité scolaire est un droit fondamental inscrit dans la convention internationale des droits de l'enfant. L'accès gratuit à l'enseignement est par ailleurs garanti par la Constitution belge. « Dans les écoles en Finlande, un des modèles les plus égalitaires, tout est gratuit, y compris le repas chaud, pointe la députée. Cela permet à tous les enfants l'accès équitable à l'éducation. Les familles et les enfants ne doivent pas porter cette préoccupation et peuvent se centrer sur les apprentissages. »

Et de conclure : « Il faut que le gouvernement fasse de la gratuité une priorité dans les actes, pas seulement dans les paroles. Le gouvernement dit avoir pris des mesures pour limiter les coûts, notamment pour les maternelles, mais on voit dans l'étude de la Ligue des familles que même cela n'est pas respecté. Il est temps que le gouvernement investisse pour faire de ce droit à l'enseignement gratuit une réalité. »


Montrer 2 réactions

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • Mari Chantis
    a commenté 2020-08-24 01:13:15 +0200
    Les gens devraient avoir le choix en septembre 2020 de remettre ou non leur(s) enfant(s) a l école, car dans les conditions annoncees càd sans port de masque pour les moins de 12 ans ou sans possibilité de e learning , l obligation de retour a l école pour tous au 1er septembre, ce n est rien d autre que de l immunité collective déguisée.
  • Stéphanie Deloor
    a commenté 2020-08-21 18:43:59 +0200
    Tout à fait pour car on dit que l’enseignement est gratuit en Belgique mais ce n’est pas du tout le cas. C’est pas évident quand on a 2 enfants dont 1 en dernière année primaire et 1 en secondaire

Suivez le PTB