Photo Olbaussart75/Wikipedia

Le PTB a obtenu du gouvernement wallon qu’il organise une concertation nationale sur la coordination des transports en commun. « Les transports en commun sont l’avenir non seulement pour notre mobilité, mais aussi en matière de climat, d’emploi et de service public. Avoir quatre entreprises avec un réseau, des horaires et des tarifs différents est un frein pour que les transports en commun soient une vraie alternative à la voiture. Cet engagement du gouvernement wallon est une première étape dans la bonne direction », explique Samuel Nemes, député PTB au Parlement wallon.

Le PTB propose la création d’une conférence des horaires nationale comme lieu de dialogue entre les différents acteurs des Régions et du fédéral, comprenant des représentants des usagers et des travailleurs. Selon le parti de gauche, le transport public doit être organisé sous la formule « un réseau, un horaire et un tarif » sur base du projet développé par Inter-environnement Wallonie (IEW). « Pour me rendre de chez moi à la mer, je dois prendre un billet pour mon bus TEC, puis un ticket SNCB et enfin un De Lijn. Chaque entreprise a ses propres horaires, tarifs et son réseau, et encore je ne dois pas m’arrêter à Bruxelles, car ça voudrait dire un nouveau ticket STIB. Il faut développer une intermodalité entre les différents modes de transport », soutient le député.

Avoir quatre ministres de la Mobilité est aussi un frein au développement de transports en commun efficaces. « Comme on peut le voir trop souvent dans notre pays, la division est source de blocage et entrave régulièrement les progrès nécessaires dans de nombreux domaines, que ce soit en termes d'environnement, de santé ou encore d’emploi. On a beau avoir quatre ministres en charge des transports, on a quand même zéro politique de la mobilité », conclut Samuel Nemes.