Le PTB exige que bpost renonce à verser 500 000 euros d’indemnités à Koen Van Gerven

Foto Belga.

Les règles de gouvernance d’entreprise à bpost prévoient que Koen Van Gerven, CEO de l’entreprise, puisse toucher 500 000 euros d’indemnités de non-concurrence en quittant son job.1 Une somme totalement indécente pour le PTB, qui réclame que le CA de l’entreprise renonce à verser cette indemnité, qui interpellera le ministre des Télécommunications et de la Poste.

« Vu le bilan social et les mauvais résultats de Koen Van Gerven, il est impensable qu’il parte avec 500 000 euros en poche », dénonce Raoul Hedebouw, porte-parole national du PTB. Le parti de gauche demande que cet argent soit réinvesti dans l’entreprise pour améliorer les conditions de travail des postiers.

Le CEO de bpost a droit à des indemnités de non-concurrence de 500 000 euros en fin de mandat. La condition pour toucher cette somme est de ne pas travailler pour un concurrent de bpost pendant un an. Pour Raoul Hedebouw, le versement de ces indemnités est inadmissible : « Koen Van Gerven a touché 600 000 euros par an pendant son mandat. À ce prix-là, ne pas partir chez la concurrence est la moindre des choses... De plus, par rapport aux postiers qui se tuent à la tâche pour à peine 1400 euros par mois, cette somme est totalement indécente. »

Le PTB pointe également le bilan social du CEO : « En seulement cinq ans, Koen Van Gerven a réalisé un véritable carnage social : délocalisation de l’informatique, licenciements dans les call-centers, sous-traitance du nettoyage et des cantines, suppression de 3000 boites rouges, augmentation du prix du timbre, et, récemment, arrêt du passage quotidien des facteurs… Koen Van Gerven s’est appliqué a détruire tout l’héritage de notre poste publique. Les travailleurs en subissent les conséquences tous les jours, mais également les usagers. Test-Achat vient en effet encore de montrer qu’un tiers des colis de bpost arrivent en retard ou sont perdus. Avec des résultats pareils, il est inadmissible de voir Koen Van Gerven partir en empochant une telle somme. »

Le PTB veut que les 500 000 euros d’indemnités soient réinvestis dans l’entreprise. « Le CA de bpost peut annuler le versement de ces indemnités, conclut Raoul Hedebouw. Nous interpellerons le ministre des Télécommunications et de la Poste, Philippe De Backer, à ce sujet. Les travailleurs de bpost dénoncent régulièrement leurs conditions de travail, à juste titre. Ces 500 000 euros doivent être réinvestis dans l’entreprise pour les soulager. »

1 Voir le Rapport annuel 2018, p. 148.

Annexes

1. Extrait de la Déclaration de gouvernance d’entreprise de bpost

« En cas de résiliation automatique à l’expiration du mandat de six ans et de la nomination par bpost d’un autre administrateur délégué, l’Administrateur Délégué est soumis à une clause de non-concurrence pour une période d’un an à compter de la date de résiliation de son mandat. Il recevra une indemnité de non-concurrence de 500.000 EUR, à moins que bpost renonce à l’application d’une telle clause ». (Rapport annuel 2018, p. 148.)

2. Salaire annuel de Koen Van Gerven

En 2018, Koen Van Gerven a bénéficié d’une rémunération fixe de 593 179,95 euros et d’une rémunération variable de 308 944,00 euros. Soit 902 123,95 euros en tout.

Source : Rapport annuel 2018, p. 145 « La rémunération globale payée à l’Administrateur Délégué, Monsieur Koen Van Gerven, en 2018 pour ses performances durant l’année s’étant terminée le 31 décembre 2018 s’élève à 593.179,95 EUR hors rémunération variable (comparée à 585.977,10 EUR hors rémunération variable en 2017) et peut être ventilée comme suit :

  • salaire de base : 488.841,75 EUR (bruts) ;

  • pension : 47.724,96 EUR ;

  • autres avantages :•couverture décès en cours d’emploi, invalidité et maladie : 33.462,72 EUR ;

  • frais de représentation : 3.300,00 EUR ; et

  • frais de leasing pour la voiture de société : 19.850,52 EUR.

En outre, l’Administrateur Délégué a reçu en 2018 une rémunération variable s’élevant à 308.944,00 EUR pour la réalisation des objectifs individuels prédéfinis et l’atteinte des indicateurs économiques de l’entreprise durant l’année s’étant terminée le 31 décembre 2017 (étant donné que l’évaluation pour l’année 2017 n’a été réalisée qu’en 2018). »

3. Salaire des postiers

Un postier qui débute touche un salaire de base de 1831,93 euros brut, soit environ 1400 euros nets. Un salaire qui n’augmentera que très légèrement au cours de sa carrière.

Source : www.jedeviensfacteur.be

La pénibilité du travail est par ailleurs telle que de nombreux travailleurs quittent la boîte dans les premières années.

 


Montrer 3 réactions

SVP vérifiez votre boîte email afin d'utiliser le lien pour activer votre compte.
  • Philippe Dricot
    a commenté 2019-08-23 21:07:09 +0200
    moi quand j’ai quitté mon poste à l’administration je n’ai rien reçu. je vais réclamer, ils ont dû m’oublier lors de la distribution!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
  • Françoise Cluyse
    a commenté 2019-08-23 18:12:21 +0200
    On compte sur vous pour faire respecter la loi du bien-être avant les parachutes dorés. On est juste derrière vous, si besoin de renfort 😉
  • fernand soupart
    a commenté 2019-08-23 11:28:39 +0200
    vraiment s et honteux , s dégeulase qu il parte avec une telle somme , quand on vois les personnes , et pensionner qui on du mal en fin de mois a se payer une maison de repos et qui créve de fain presque , mon monsieur part avec 500000e désoler de le dire mais serait t il temps de se révolter un peut la , vraiment on nous prent pour des pigeon payeur quoi , si moi je partirais du travaille on dirait voila monsieur votre c4 mais vous toucher rien au chomage , mais lui il s en vas il a un parachute dorrer a 500000e , mon mais ou on vas la ?? , déja que l on veut nous faire payer pour des citerne d eaux pluie et on nous pompe des taxe a tous bout champ et stop la il et temps d arreter la LE PEUPLE N ET PAS DES PIGEONS

Nous avons besoin de votre soutien