.

Malgré la promesse du gouvernement Vivaldi de réduire les factures d'énergie, celles-ci risquent d'augmenter fortement dans les prochains mois. Le PTB souhaite interroger la ministre de l'Énergie Tinne Van der Straten dans les plus brefs délais. « Le gouvernement doit tenir ses promesses et prendre des mesures d’urgence pour que l'énergie reste abordable, réagit le député PTB Thierry Warmoes. Il peut le faire immédiatement en réduisant la TVA sur l'énergie à 6 %. La ministre doit empêcher que le système européen d'échange de quotas d'émission ne fasse exploser la facture des familles, des indépendants et des PME, et faire en sorte que la facture énergétique diminue. »

La forte hausse des prix de l'énergie est due à plusieurs facteurs. L'un d’entre eux est le système européen d'échange de quotas d'émission (ETS). Le prix de la tonne de CO2 n'a jamais été aussi élevé. Les producteurs d'électricité répercutent tout bonnement ce prix sur les consommateurs. « C'est vraiment un effet pervers du système ETS, estime le député PTB Thierry Warmoes. Le système ETS est antisocial et inefficace. Une hausse du prix du CO2, censée être une bonne chose pour le climat, entraîne une augmentation du prix de l'électricité, et exacerbe ainsi la tension entre le social et le climat. » Ce problème s'aggravera au fur et à mesure que le prix du CO2 augmentera. Le PTB demande donc que le système ETS soit remplacé par un système de normes contraignantes, et une réglementation du prix de l'électricité. De cette façon, le prix de l'électricité ne dépendrait plus de la spéculation sur le prix du CO2.

« Le marché de l'énergie étant libéralisé, l'électricité suit les lois de l'offre et de la demande. Pourtant, l’accès à l'électricité est un droit fondamental et non une marchandise, poursuit Thierry Warmoes (PTB). La flambée des prix illustre la faillite de cette libéralisation. Le prix du gaz a triplé en un an, et ce, alors que de plus en plus de gens ont du mal à payer leurs factures. Il faut d’urgence ramener notre énergie dans le giron public et réglementer les prix de l'énergie. »

D'autres mesures sont également nécessaires. Les prix de l'énergie ne représentent que 30 % de la facture énergétique totale. Le reste est constitué de prélèvements, de surcharges et de TVA. « Dans l'accord de gouvernement, il est prévu que le gouvernement réduise la part des factures énergétiques qui relève du fédéral. Il peut le faire rapidement et simplement en réduisant la TVA sur l'énergie à 6 %. Le gouvernement précédent a augmenté la TVA sur l'énergie à 21 %. Si le gouvernement actuel veut vraiment faire de la lutte contre la précarité énergétique une priorité, il doit ramener cette TVA à 6 % », conclut Thierry Warmoes (PTB).

Le PTB demande qu'un débat soit organisé demain au sein de la Commission parlementaire Énergie et Climat, et que la ministre de l'Énergie, Tinne Van der Straeten, vienne expliquer les mesures que le gouvernement compte prendre.