Photo Shutterstock

« Au PTB, nous voulons aider tous les ménages face à cette crise énergétique qui est là depuis un an. Dans ses interventions, le Ministre-président wallon, Elio Di Rupo (PS), minimise le pouvoir d’intervention de la Wallonie. De son côté, le Gouvernement PS-MR-Ecolo propose des mesures qui vont toucher, au mieux, 10 000 ménages (sur 1,6 million). Nous proposons que la Région wallonne octroie rapidement un chèque de 400 € à chaque ménage », avance Germain Mugemangango, chef de groupe PTB au Parlement wallon.

Certains experts parlent d’une facture annuelle d’environ 7000 euros pour le gaz et l’électricité pour une famille moyenne. Selon Elio Di Rupo, c’est l’Europe et le niveau Fédéral qui ont les moyens les plus importants pour agir. La Région wallonne, quant à elle, n’aurait que peu de leviers pour une aide efficace. « Je ne suis pas d’accord. La Région est directement responsable d’une partie significative de la facture moyenne de gaz et d’électricité (900 euros). Par exemple: les coûts du réseau, la cotisation "Énergie verte”, les redevances régionales et locales… Tous ces points relèvent de la compétence de la Région », explique le député du parti de gauche.

Le 7 septembre dernier, le Gouvernement wallon a présenté 3 nouvelles mesures pour aider les ménages: la suspension des expulsions des logements pendant l’hiver, la prolongation du tarif social wallon et l’interdiction des coupures d’énergies pour les ménages. Selon le PTB, ces 3 aides vont bénéficier à 10 000 ménages au maximum.

« Mon parti ne s’oppose pas à ces mesures car elles vont dans le bon sens pour les ménages les plus vulnérables. Mais je dirais, comme la FGTB, que ces mesures sont clairement insuffisantes. Il y a 1,6 million de ménages en Wallonie. Le Gouvernement d’Elio Di Rupo n’est tout simplement pas à la hauteur des enjeux », déplore Germain Mugemangango. Et de rajouter: « L'inquiétude et la colère montent parmi la population. Il faut répondre à cela. Nous proposons un chèque de 400 euros cette année et à partir de l’année prochaine, une réduction structurelle de 150 euros. La Région wallonne a les capacités de les mettre en œuvre. »

Chacun sait que les comptes de la Wallonie ne sont pas au mieux. Le PTB estime cependant qu’il y a de l’argent pour mettre en place cette aide. « Pour financer le chèque et la réduction structurelle, nous mobilisons tous les moyens du Fonds Kyoto géré par la Région wallonne. Ce Fonds est alimenté par les recettes du marché européen du carbone. Pour l’instant, il faut savoir qu’il y dort environ un demi-milliard d’euros. Nous utilisons également une partie des bénéfices des Gestionnaires de Réseaux de Distribution (Ores et Resa). En 2021, après avoir distribué les dividendes aux communes, leurs bénéfices étaient de 120 millions d’euros », détaille le député PTB.