Photo Viva Salud

Une majorité du Parlement européen vient de se prononcer en faveur d'une résolution qui demande à la Commission européenne de soutenir de manière constructive les négociations pour la suspension des brevets. Pour Marc Botenga, membre de The Left (le groupe politique de la Gauche au Parlement européen, GUE-NGL) et député PTB au Parlement européen, c'est le résultat de plus d'un an de campagne.

« Ce vote montre que les lignes bougent, estime Marc Botenga. C’est un pas dans la bonne direction et une victoire importante pour la mobilisation populaire. La Commission européenne devrait en tenir compte. » La résolution a été adoptée par 355 voix pour, 263 contre et 71 abstentions.

La résolution fait référence à des exemples du passé, comme le vaccin contre la polio, qui a été mis sur le marché sans brevet. L'eurodéputé de gauche note : « Le texte souligne que l'initiative présentée par l'Inde et l'Afrique du Sud devant l'Organisation mondiale du Commerce pour suspendre les brevets sur les vaccins est une mesure importante pour un accès équitable au vaccin partout dans le monde. » Le PTB appelle la Belgique et l’Union européenne à cesser de bloquer la levée des brevets à l’Organisation mondiale du Commerce.

Pour le PTB, c'est le résultat de plus d'un an de campagne. « Il y a un an, nous étions seuls à revendiquer une levée des brevets. Grâce à notre campagne et la pression populaire, le thème est maintenant au cœur du débat. La Commission européenne reste toujours sourde et muette face aux besoins de la santé mondiale. Nous devons tout faire pour éviter que des situations comme celles qu’on voit au Brésil ou en Inde se reproduisent. Par la levée des brevets, le vaccin sera plus rapidement accessible partout dans le monde. La santé des peuples doit passer avant le profit de Big Pharma. »

Le parti de gauche souligne également que la levée des brevets doit s'accompagner d'un véritable transfert de technologie et savoir-faire, afin de permettre à de nombreuses entreprises de produire les vaccins. L’Organisation mondiale de la santé propose deux plateformes pour y procéder. « Pour l'instant, la participation à ces programmes se fait sur base volontaire pour l'industrie pharmaceutique. Résultat ? Cela reste des coquilles vides », déplore cependant Marc Botenga.

« Les députés européens de plusieurs partis belges ont soutenu la résolution, ajoute l'eurodéputé de gauche. Nous espérons qu’ils feront désormais preuve de cohérence et soutiendront nos propositions au Parlement fédéral pour que la Belgique soutienne explicitement la levée des brevets. »

Le parti porte aussi, avec plus de 200 organisations, une Initiative citoyenne européenne, lancée par des citoyens, ONG et syndicats de nombreux pays pour obliger la Commission européenne à agir.

Suivez le PTB