.

La réforme « pour un impôt plus juste » de Jean-Luc Crucke (MR), l’ancien ministre wallon du Budget, associée à celle annoncée sur la fiscalité auto par Philippe Henry (Ecolo), le ministre wallon de la Mobilité, vont engendrer des milliers d’euros de taxes supplémentaires pour les propriétaires de camping-cars. « Depuis décembre 2021, nous disons que la réforme “Crucke” va attaquer les ménages de la classe travailleuse tandis que la majorité prétendait le contraire. La manière dont les détenteurs de camping-cars sont traités prouve, pourtant, que nous avions raison », dénonce Germain Mugemangango, le chef de groupe PTB au Parlement wallon.

Depuis le 1er janvier 2022, la réforme fiscale « Crucke » fait qu’un particulier qui possède un camping-car paie dorénavant la taxe de mise en circulation (TMC). En fonction du modèle, celle-ci peut aller jusqu’à quelques milliers d’euros. « Avant, en Wallonie, ce véhicule était considéré comme un véhicule utilitaire : les impôts étaient plus bas. Cela permettait à des travailleurs de partir en vacances avec leur famille », explique le député PTB.

Ce lundi 19 septembre, des camping-caristes ont distribué des tracts pour interpeller les députés du Parlement wallon sur la nouvelle taxation des camping-cars. « Les camping-cars sont avant tout des véhicules de loisir. Pourquoi les soumettre aux mêmes taxes que les voitures ? On n’achète pas un camping-car pour aller faire ses courses. De plus, les camping-cars ne sont pas des véhicules de riches mais des véhicules achetés par des ouvriers, des retraités...», expliquaient-ils aux députés.

Et l’addition sera encore plus élevée en 2026, année de l’entrée en vigueur de la réforme de la fiscalité automobile. Le but est de taxer plus les véhicules les plus puissants et les plus lourds. Les camping-cars seront les premiers touchés. « Au PTB, nous avons fait le calcul pour un petit camping-car de 2 personnes de la marque Carado. Avant les 2 réformes successives du gouvernement wallon, le propriétaire payait 0 euro de TMC et 150 euros, annuellement, de taxe de circulation (TC). Avec les 2 réformes, il paiera 2 670 euros de TMC et 1 075 euros de TC. Cela veut dire près de 3 600 euros de taxes supplémentaires. Et nous n'avons pris qu’un petit modèle. C’est une véritable punition pour les propriétaires. Il y a une véritable coordination entre les 2 réformes pour attaquer les ménages. La réforme “Crucke” “transforme” les camping-cars en “voitures classiques” et la réforme “Henry” multiplie les taxes subies par les voitures classiques », déplore Germain Mugemangango.

De plus, il n’y a pas de cohérence dans les politiques menées par le gouvernement wallon. « Il faut savoir que pendant que 2 ministres, dont un ministre MR, décident de taxer plus les camping-cars, vous avez la ministre du Tourisme, Valérie De Bue (MR) qui débloque 4 millions d’euros pour créer plus d’aires de repos pour… les campings-cars. C’est le monde à l’envers », conclut l’élu PTB.