.

Nethys vient d’intenter une action en référé contre le consultant international PwC. Le rapport d’enquête sur les dérives de Nethys a mis en lumière de nombreuses irrégularités que PwC, le réviseur d’entreprise de Nethys, n’avait pas relevées. Le PTB demande que le gouvernement cesse de collaborer avec ce consultant.

 

« Le rapport d’enquête de Deloitte sur les dérives chez Nethys a montré que PwC a passé sous silence des erreurs importantes dans les comptes de Nethys de 2018 et de 2019. C’est une faute qui démontre au minimum un manque de compétence. Le gouvernement wallon PS-MR-Ecolo doit donc arrêter de faire confiance à ce consultant », déclare Germain Mugemangango, chef de groupe PTB au Parlement wallon.

« Le consultant a même fait du chantage en exigeant qu’aucune action en justice ne soit introduite contre eux malgré leurs erreurs. Nethys n’est pas la seule entreprise publique à rompre la confiance avec PwC. Depuis le mardi 11 mai, le consultant ne serait plus non plus le réviseur de l’intercommunal RESA. Pourtant, le gouvernement d’Elio Di Rupo continue de faire confiance à PwC. L’entreprise est toujours chargée de rédiger le rapport final de Get Up Wallonia et d’assurer le suivi de la mise en œuvre du plan. Le gouvernement wallon doit démettre PwC de ses responsabilités dans Get Up Wallonia. »

« Pour rappel, PwC est impliqué dans deux des plus grands scandales financiers de ces dernières années. En 2014, une enquête du Sénat américain a révélé que PwC avait reçu 55 millions de $ de Caterpillar pour réduire ses impôts. Pendant 10 ans, 8 milliards de dollars de bénéfice ont été transférés des USA vers la Suisse et ont permis à Caterpillar d’économiser plus de 2,4 milliards de dollars. On ne peut faire confiance à ce genre de multinationales de la fraude », conclut le chef de groupe PTB au Parlement wallon.