Photo Fabienne Pennewaert

Les organisations syndicales appellent à se mobiliser ce vendredi pour revoir la loi de 1996 qui interdit de vraies augmentations de salaire. Le PTB soutient évidemment la revendication et sera dans la rue ce jour-là. Il rappelle que des mesures urgentes doivent être prises si on ne veut pas que la classe travailleuse perde du pouvoir d’achat dans les deux prochaines années.

« Les chiffres officiels de la Banque nationale montrent que le coût de la vie va tellement augmenter en 2021 et 2022 (+ 4,3 %) qu’il dépassera l’indexation des salaires (+3,2 %) et les hausses salariales maximales (+ 0,4 %) imposées par le gouvernement combinées, dénonce Raoul Hedebouw, porte-parole national du PTB. Le pouvoir d’achat de la population active va donc baisser d’au moins 0,7 % en 2021-2022. C’est intenable. »

« Pour quelqu’un avec un salaire moyen, cela représente une perte de pouvoir d’achat de 317 euros par an », précise-t-il. Sur base de constat, le porte-parole du parti de gauche réclame « des mesures urgentes pour inverser la tendance. Concrètement, nous demandons le retrait de l’Arrêté royal de blocage des salaires et le retour à une négociation salariale libre dans les secteurs. »

Pour Raoul Hedebouw, il s’agit d’une question de justice sociale : « Il n’y a pas que les prix de l’énergie qui augmentent. C’est aussi le cas des salaires des PDG et des profits des grandes entreprises. Le dividende de l’ensemble des sociétés cotées (hors AB InBev), augmente de 20 % cette année pour atteindre 5,26 milliards d’euros. Pourquoi les salaires seraient-ils la seule valeur à être bloquée ? »

Pour le porte-parole, cette situation montre une nouvelle fois que la loi de blocage des salaires est inacceptable. « Elle doit être réformée, comme feu mon collègue Marc Goblet et moi-même l’avons proposé, rappelle-t-il. Vooruit et le PS avaient promis de faire de la réforme de cette loi une priorité pour leur participation à un nouveau gouvernement. Les organisations syndicales ont déclaré qu’elles ne signeraient plus d’AIP établi dans le cadre de cette loi. Il n’y a plus une minute à perdre : les promesses électorales doivent être respectées et une réponse doit être apportée à l’urgence sociale. »

Les dernières statistiques de la BNB sont formelles : le coût de la vie va augmenter de 4,3 % en 2021-2022.(1) Ce sont surtout les prix de l’énergie (+ 20 % en 2021), des produits alimentaires et des services qui vont augmenter. Mais l’indice « santé », sur base duquel les salaires sont adaptés, n’augmentera que de 3,2 %, selon la Banque nationale. En effet, cet indice ne tient pas compte de l’augmentation du prix des carburants.

Sources :

- Indicateurs économiques pour la Belgique N° 2021-26 2021-07 02 - Lien
- Voir proposition de loi Goblet - Hedebouw - Lien

AIP