.

Ce mercredi, une proposition de loi déposée par la présidente de la Chambre des représentants Eliane Tillieux (PS) portant sur les dotations des partis politiques pour 2022 sera examinée en commission de la constitution et des réformes institutionnelles. Une proposition déposée à la demande du Premier ministre Alexander De Croo (Open Vld), qui maintient l’augmentation constante du financement public des partis.

« La proposition déposée par madame Tillieux est conforme à la volonté exprimée par le Premier ministre et réduit les dotations fédérales aux partis politiques de 1,11 %... après indexation », constate le député Raoul Hedebouw. « C’est l’astuce : la proposition de loi prévoit que les dotations seront d’abord indexées de 2 %, et ensuite seulement réduites de 1,11 %. Le résultat de l’opération, c’est que ces dotations augmenteront donc encore en 2022, une augmentation nette de 0,87 % par rapport à l’année 2021. »

Le député pose sur la table les chiffres vertigineux des dotations et autres subventions aux partis politiques : « Ca fait une augmentation d’environ 280 000 euros sur un montant déjà supérieur à 32 millions. Et on ne parle que de la dotation fédérale. Les groupes politiques de la Chambre reçoivent aussi des subventions pour un montant total de 9,6 millions d’euros, mais aussi des dotations au niveau des entités fédérées et des Provinces. Coût total pour le contribuable : plus de 73 millions d’euros. Pourquoi ce montant doit-il encore être augmenté pour l’année 2022 ? », s’interroge Raoul Hedebouw. 

Une proposition de loi spéciale déposée début 2021 par le PTB répond à ces différentes critiques : elle applique une réduction de 50 % sur l’ensemble des dotations et subventions payées aux partis politiques, quels que soient les niveaux de pouvoir. « Nous voulons approcher le problème de manière structurelle. Le montant de l’argent public encaissé par les partis politiques a quintuplé en 30 ans. Aujourd’hui, les partis belges ont le financement public le plus important d’Europe, juste derrière l’Espagne. On ne peut pas se permettre de laisser se poursuivre cette politique d’accaparement des fonds publics. Nous avons donc déposé une proposition de loi spéciale pour réduire de moitié les dotations à tous les niveaux de pouvoir. Pour le fédéral, nous déposons ce mercredi un amendement visant à réduire les montants de la dotation et des subventions à 50 % du montant de 2021. »

Si cet amendement est approuvé ce mercredi, il permettrait une économie structurelle de 20 millions d’euros chaque année. « Au lieu de donner des leçons sur les dépenses des partis politiques, la Vivaldi ferait mieux de prendre le problème à la source en acceptant de réduire leur propre financement. C’est là qu’est le problème de fond », continue Raoul Hedebouw. 

 

La proposition de loi spéciale déposée par le PTB est accessible ici.